La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Conférences à venir  -  précédentes  |  Les conférenciers·cières  |  Contact - adhésion

Accueil > Technologies > Miguel Benasayag

Miguel Benasayag

philosophe et psychanalyste

Transhumanisme, l’humain augmenté ou diminué ?

vendredi 6 avril 2018 19h00

Que penser des projets transhumanistes ? Miguel Benasayag plaide pour une « singularité du vivant » et plus encore de l’espèce humaine, face aux technologies dominantes, dotée de pouvoirs parfois fantasmés.


Miguel Benasayag, philosophe et psychanalyste, anime le collectif « Malgré tout ». Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont :
- Cerveau augmenté, homme diminué, La Découverte, 2016.
- La singularité du vivant, Le Pommier, 2017.

Flyer conférence Benasayag

Avec Miguel Benasayag, nous ferons le point sur les potentialités mais aussi et surtout sur les limites des révolutions issues de la convergence des technologies (NBIC) : Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique (numérisation, robotisation) et sciences cognitives.

Que devient l’homme dans tout cela ? Entre espoirs et illusions ?
L’homme se réduirait-il à des molécules, des gènes ou des algorithmes... que l’on pourrait manipuler, modifier, réparer ou augmenter ?

Avec Miguel Benasayag nous essaierons de comprendre et répondre aux questions posées par le projet « transhumaniste », basé sur la modélisation du corps vivant, puis de l’esprit et pourquoi pas de l’ensemble de la société, devenue tributaire (ou esclave ?) de machines toutes puissantes qui le dépasseraient !

  • Au-delà des bénéfices évidents des technologies de plus en plus sophistiquées, quels sont les risques sur l’individu, comme sur le corps social ?
  • Notre cerveau est-il comparable à un ordinateur ?
  • Peut-on modéliser « le vivant » et repousser les limites de l’homme ?
  • Comment peut-on penser le progrès technologique, tout en préservant notre humanité ?
  • Quels sont les risques de sacraliser une technologie omniprésente et toute puissante ?

Cerveau augmenté, homme diminué par Miguel BENASAYAG
Le cerveau humain connaît, étudie, explique et comprend, au point qu’il en est arrivé à prendre comme objet d’étude… lui-même. Et les nouvelles connaissances sur le fonctionnement du cerveau ébranlent profondément nombre de croyances au fondement de la culture occidentale. Car les remarquables avancées des neurosciences rendent en effet désormais envisageable pour certains la perspective d’améliorer le cerveau et de supprimer ses faiblesses et ses « défauts » : le rêve d’un cerveau « parfait » semble à portée de la main.
Cette vision conduit à considérer notre cerveau comme un ordinateur qu’il s’agirait d’optimiser en l’améliorant par divers outils pharmacologiques ou informatiques. À partir d’une vulgarisation très pédagogique de recherches récentes souvent très « pointues » en neurosciences, Miguel Benasayag montre ici, de façon fort convaincante, pourquoi ce nouvel idéalisme du « cerveau augmenté » est en réalité une illusion dangereuse : le monde qu’entendent préparer les transhumanistes et certains scientifiques risque fort d’être surtout habité par la folie et la maladie…
Une thèse critique solidement argumentée, qui a commencé à faire son chemin dans le milieu des chercheurs les plus préoccupés par les apories et les failles de ce nouveau mythe du progrès.


Voir en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trans...




Messages

  • Dans un futur proche, le transfert de l’esprit d’un corps à un autre est devenu possible. Un père de famille dans le coma, se réveille dans le corps d’un policier qui lutte contre les « transferts » illégaux. En six épisodes vertigineux, ce thriller d’anticipation interroge les dérives du transhumanisme et de l’État policier. Les jeudis 16 et 23 novembre à 20h55.
    Live et replay.
    https://www.arte.tv/fr/videos/RC-015177/transferts/


  • Transhumanisme, à côté du bonheur

    Par Guillaume Von Der Weid, Philosophe — 30 octobre 2017


    Se focaliser sur l’augmentation des performances physiques et mentales, c’est oublier ce qui définit l’humanité. Par Guillaume Von Der Weid, philosophe.

    La technologie est arrivée à un point de bascule. Après avoir façonné des outils, des machines, des civilisations, des macro-systèmes interconnectés (énergie, transport, communication), elle veut façonner l’être humain lui-même. Ce qu’on appelle aujourd’hui le « transhumanisme » ne veut plus améliorer ce qui nous entoure, mais ce qui nous anime. Il postule que l’aboutissement naturel de l’intelligence humaine est de se transformer elle-même. Mais si les outils sont des moyens qu’on invente pour atteindre nos buts (se protéger, se nourrir, se reproduire, puis se divertir), dans quel but changer ces buts eux-mêmes ?


    Moyens techniques, fins humaines

    On doit donc commencer par distinguer entre les moyens et les buts de l’être humain, les moyens à transformer, les buts à atteindre. On aura d’un côté ce qui peut s’apparenter à des instruments : facultés mentales, organes, systèmes de transmission, longévité… Soit toute la mécanique physiologique qui fait du corps une machine au service de ce qui, d’un autre côté, irrigue nos buts ou du moins les critères de choix permettant de nous diriger : l’identité personnelle qui nous constitue, la morale qui nous relie aux autres et le bonheur, qui est le but des buts - y compris pour ceux, écrit ironiquement Pascal, « qui vont se pendre ». Or les nouvelles technologies permettraient d’améliorer, non pas notre identité, notre moralité ou notre bonheur (que seraient une meilleure identité, une meilleure moralité ou un meilleur bonheur ?), mais les moyens de les atteindre, comme l’endurance, la mémoire, l’intelligence ou l’espérance de vie. Aussi le transhumanisme ne serait-il rien de plus qu’un mécanisme, mais interne au corps : cœur artificiel, implants de mémoire, interface cerveau / IA, modification cellulaire de l’apoptose, etc.


    Plus fort ou plus heureux ?

    Le problème, c’est le mélange constant que fait le transhumanisme de ces deux dimensions hétérogènes des moyens et des fins. D’abord, comme en témoignent les deux figures inversées du « surhomme », le super-héros et le nazi, notre amélioration paraît moins une question de capacités que de moralité. On veut moins la puissance d’un superpouvoir que la bienveillance d’un super-héros, la force d’un être supérieur que la douceur d’un égal. Ensuite la performance physique ou mentale est-elle le meilleur moyen d’arriver au bonheur ? Tout comme l’argent qui achète plus facilement un piano que la virtuosité, elle ne donne accès qu’aux moyens, jamais aux fins elle-mêmes qui, comme le trésor au pied de l’arc-en-ciel, semblent s’éloigner de nous à mesure qu’on s’en rapproche. Le bonheur ne consiste-t-il pas au contraire à accepter notre rythme, notre identité, nos limites ? Ce qui serait sans doute aussi le meilleur moyen de prévenir les maladies par un mode de vie adapté à notre complexion, plutôt que d’avoir ensuite à les guérir. En quoi la philosophie joua longtemps le rôle de médecine de l’âme : en l’absence de traitements efficaces, la sagesse et la connaissance de soi étaient les meilleurs prescripteurs de modération pour ce qui dépendait de nous, et de consolation pour ce qui n’en dépendait pas. Par cette confusion des moyens et des fins que font ceux qui affirment que les robots vont nous dépasser à la manière du Golem, de Frankenstein, de HAL de 2001, l’odyssée de l’espace et d’autres créatures où nous projetons la pulsion de mort pour nous épargner la contradiction de la sentir si profondément mêlée à la vie, le tranhumanisme se trompe sur les uns et les autres. Les buts sont moins le bonheur que l’excellence morale, les moyens d’accroissement de notre puissance que l’acceptation de notre identité.


    La maladie de la maîtrise

    Cette erreur provient en réalité de l’idéal de maîtrise de nos sociétés où chaque dommage - même naturel ou inévitable - est perçu comme indu, scandaleux, répréhensible. Volonté de contrôle qui se manifeste dans une médecine considérée comme un service, la santé comme un droit et la gratuité comme un acquis. La maladie apparaît alors comme l’effet d’une injustice intolérable, et non comme la mésaventure d’une nature vulnérable. Or, aucune technologie ne pourra annuler cette vulnérabilité ; elle ne fait qu’en souligner l’inexorabilité.


    Que dire de pire à un·e malade que : « Sois fort·e » ? Car la maladie estl’épreuve de notre faiblesse et c’est cette épreuve qui est difficile à affronter, plus que la souffrance elle-même. La maladie, avant d’être un état physiologique, est toujours d’abord vécue comme une diminution de soi, à l’image de l’ultime diminution de la mort - à laquelle certains transhumanistes rêvent d’ailleurs de se soustraire en imaginant se dématérialiser par transfert de leur « identité » à un ordinateur… Toujours la même confusion du quantitatif et du qualitatif, qu’on retrouve dans la théorie de l’émergentisme selon laquelle une conscience pourrait émerger de la complexification des fonctions informatiques - non sans rappeler la théorie de la génération spontanée. Derrière le quantitatif : le rêve de maîtrise absolue et d’éternité. A cet égard, acharnement thérapeutique et demande d’euthanasie sont deux faces d’une même pièce : la volonté de contrôler son propre destin. Au contraire, l’essence du soin est de reconnaître ses limites. C’est pourquoi celui-ci est d’autant plus indispensable que la guérison est parfois impossible. Combien de maladies chroniques ? D’accidents invalidants ? De dégradations inéluctables dues à un vieillissement qui n’a pas vocation à être « guéri », mais dont on peut, dont on doit prendre soin ? Non qu’il faille renoncer aux innovations, mais plutôt à l’idée qu’elles changeront un jour notre nature. A l’inverse, l’idéal de maîtrise, de risque zéro, de santé garantie et de vie performante nous condamne à l’angoisse, et renvoie notre vulnérabilité et notre besoin d’amour au rang de maladie.


  • Ces milliardaires du Web qui veulent devenir immortels

    [01NET 20/11/2014]

    Les transhumanistes espèrent allonger leur espérance de vie grâce aux technologies émergentes. Mais certains souhaitent carrément transférer leur esprit dans un cerveau artificiel. La première étape pour accéder à la vie éternelle.


    Défier le temps qui passe, vivre éternellement. C’est le privilège des Dieux, et aussi le plus vieux rêve des hommes. Comme les pharaons, Staline et Mao Zedong envisageaient de se faire embaumer après leur dernier souffle afin que leur corps soit préservé. Aujourd’hui, c’est au tour des milliardaires du Web de tout mettre en œuvre pour accéder à l’immortalité. Mégalos ? Sûrement, mais, cette-fois le rêve semble pouvoir prendre un jour une forme de réalité, par la grâce des nouvelles technologies.

    Peter Thiel, le patron quadragénaire de Paypal, finance pour cette raison les recherches d’Aubrey de Grey, un biogérontologue qui tente d’allonger l’espérance de vie en régénérant les tissus cellulaires. De leur côté, les dirigeants de Google Larry Page et Sergueï Brin multiplient les projets de recherche sur la santé. L’un des derniers en date, Baseline Study, vise à exploiter les données médicales de centaines de volontaires pour déterminer les facteurs qui permettent de rester en bonne santé.


    Le projet Avatar 2045

    Leur point commun ? Ils sont tous transhumanistes, un courant de pensée qui a émergé en Californie dans les années 80, et qui voit dans les nouvelles technologies l’opportunité de changer la nature humaine. Certains d’entre eux pensent même pouvoir un jour devenir immortels en transférant leur esprit sur un ordinateur qui résistera à l’usure du temps.


    Doux délire ? Pas sûr si l’on en croit Theodore Berger, George Church ou encore Ed Boyden. Ces experts en neurobiologie et génétique soutiennent le projet Avatar 2045, dont l’ambition est de transférer un esprit humain dans un hologramme humanoïde d’ici 2045. Un programme financé par un autre magnat du Web, le jeune milliardaire russe Dmitri Itskov, âgé de 33 ans.

    L’une des étapes d’Avatar 2045 consistera à créer un cerveau artificiel, c’est-à-dire une machine capable de simuler l’activité de nos neurones. Ce n’est pas une idée folle. De nombreux pays planchent même très sérieusement sur la question depuis plusieurs années dont les Etats-Unis, le Japon et la Chine. Quant à l’Union européenne, elle a investi 1 milliard d’euros dans Human Brain Project, un projet visant à créer le premier cerveau numérique au monde. Son maître d’œuvre, le neurobiologiste Henry Markram, prévoit des résultats autour de 2023.


    A cet horizon, l’homme ne sera pas encore immortel. Mais la machine capable de recevoir le contenu de son cerveau pourrait déjà être au point. Restera alors à trouver le moyen de transférer les informations des neurones vers ce réceptacle numérique.


    Télécharger son esprit

    Pour cela, Ray Kurzweil a son idée. Ce brillant informaticien, expert en intelligence artificielle, ne se contente pas de travailler chez Google. Il est aussi l’un des théoriciens du transhumanisme. Dans son livre Humanité 2.0, il envisage de capturer l’ensemble de nos souvenirs et de nos compétences intellectuelles grâce à des nanorobots qui scanneraient l’intérieur de notre boîte crânienne et enverraient les données par Internet à un ordinateur. Un scénario envisageable, selon Kurzweil, à l’horizon 2030.

    Mais tout cela laisse sceptiques beaucoup de scientifiques. Comme le docteur Laurent Alexandre, auteur du livre « La mort de la mort » : « Ces recherches partent du principe que le cerveau humain fonctionne comme un ordinateur. Or cet organe ne cesse de se transformer en fonction de l’expérience et de l’apprentissage. Le copier sera infiniment plus complexe que certains le croient », nous avait-il confié fin 2013.

    Ces réticences, les transhumanistes anglo-saxons les balayent du revers de la main. Selon eux, au regard de l’avancée exponentielle des connaissances, la technologie sera au point vers 2050. Tout l’enjeu devient donc de rester vivant jusque-là !

    Le neurobiologiste Kenneth Hayworth se prépare sérieusement à cette échéance. A sa façon… Il envisage de ….se suicider avant 2045, afin de faire prélever son cerveau en plein force de l’âge ! Très prévoyant aussi, le chercheur Anders Sanberg, veut, lui, faire cryogéniser son corps à sa mort, comme dans le film Hibernatus. Mais il n’aura peut-être pas besoin d’aller jusque-là.

    Chaque mois, nous gagnons trois mois d’espérance de vie. « Nous avons déjà les moyens de vivre suffisamment longtemps pour vivre éternellement » répète inlassablement Ray Kurzweil……


    Amélie Charnay

  • Le transhumanisme vise à transformer l’homme,lui augmenter la force physique dans le travail manuel,augmenter ses capacités cérébrales dans le travail intellectuel . Les inventions techniques ou scientifiques le rendraient donc plus performants dans ses activités . Est ce que le transhumanisme nous assure de rester dans l’humanisme ? Ce serait possible si nous nous maintenions dans l’ascendance de la pensée de notre brillant intervenant .
    Nos économies nationales et continentales reviennent vers le libéralisme économique classique c’est à dire l’exploitation de l’homme par l’homme . Dans ce contexte de l’idolâtrie du marché le transhumanisme peut donc s’avérer être un grand danger pour l’être humain . C’est pourquoi une déontologie rigoureuse s’impose pour protéger la personne des risques de dégradation qu’elle encourt . Pour ma part je pense que le transhumanisme ne constitue pas la panacée qui transcendera l’humain .

  • Effondrement : "on est déjà dans un transhumanisme qui s’ignore"

    https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/effondrement-on-est-deja-dans-un-transhumanisme-qui-signore

    On appelle cela le transhumanisme, le préfixe "trans" exprimant l’idée de changement, de traversée mais changement dans quel sens ? L’augmentation des performances du bien-être des humains au moyen de prothèses sophistiquées, de manipulation génétique, la quête de l’immortalité, laissent-t-il entrevoir l’effondrement ou le dépassement de l’être humain, tels que nous le connaissons ? Accessoirement, est-ce vraiment si neuf que les médias l’assurent ? Pour en débattre : Jacques Testart, ancien chercheur en biologie, père scientifique du bébé éprouvette français in vitro, également co-auteur avec la journaliste Agnès Rousseaux de l’ouvrage "Au péril de l’humain, les promesses suicidaires des transhumanistes" ; Daniela Cerqui Ducret, anthropologue à l’université de Lausanne (Suisse), qui observe depuis plusieurs années les modifications biotechnologiques touchant les êtres humains ; Marc Roux, chercheur et président de l’Association Française Transhumaniste : Technoprog, il est également co-auteur avec Didier Coeurnelle de "Technoprog, le transhumanisme au service du progrès social".
    L’IMMORTALITÉ SOUHAITÉE PAR LES TRANSHUMANISTES

    Transhumanisme : la notion n’est pas toujours clairement définie, mais on se risque à une définition sur le plateau. Il s’agit d’un mouvement de pensée qui prône l’utilisation des sciences et des techniques pour améliorer et augmenter les capacités de l’homme aussi bien sur le plan intellectuel, physique que psychologique. L’objectif est de se libérer de la souffrance, du handicap, de la maladie, du vieillissement et même de la mort. Mais pour Marc Roux, chercheur et président de l’Association Française Transhumaniste, Technoprog, la définition a évolué ces dernières années. Il faut ajouter "q"u’il est question aussi de se libérer de la souffrance involontaire"" et ""de même pour l’immortalité"

  • Algorithme : opinions intégrées dans du code (Catherine O’Neil)
    Claire Mathieu qui a coécrit l’algorithme de Parcoursup n’en dit pas moins.
    Elle revient sur cette expérience, tout en expliquant comment sont confectionnés, et dans quels buts, ces algorithmes devenus omniprésents

    https://youtu.be/2dqF6KCcai0

    Ils classent, ils hiérarchisent, ils ordonnent, ils prédisent. Et souvent ils inquiètent. Les algorithmes envahissent nos vies quotidiennes, mais on ignore le plus souvent comment ils fonctionnent, comment ils sont conçus, et quelle est la part d’intelligence et de créativité humaine dans leur élaboration.

    Directrice de recherche en informatique au CNRS, titulaire de la chaire annuelle d’informatique et de sciences numériques au Collège de France, Claire Mathieu l’explique à Mediapart. Et répond à nos questions sur Parcoursup, dont elle a coécrit l’algorithme de classement des bacheliers pour le ministère de l’enseignement supérieur.

  • TEDxConcorde 2012 - Miguel Benasayag - Éloge du conflit
    https://youtu.be/Cp5d45Fr3_c

  • Exposé de Mr Miguel Benassayag

    Transhumanisme,l’humanisme augmenté ou diminué ?

    Question : Qu’est ce qui vous a emmené à vous intéresser au transhumanisme ?

    Miguel : Ce qui m’a poussé à m’y intéresser c’est de constater la grande crise de la culture occidentale qui a déconstruit la culture humaniste . Je suis un philosophe et un psychanalyste . J’ai étudié aussi la biologie et la neurobiologie à un certain niveau . J’ai cherché à savoir comment fonctionne le cerveau humain .

    Nous assistons aujourd’hui à l’effondrement de beaucoup de principes fondamentaux . La cybernétique est porteuse de nouvelles promesses qui débouchent sur le transhumanisme . Les pères de la cybernétique voulaient non seulement accélérer le progrès technologique mais impacter aussi l’ontologie du vivant . Déjà en 1950,ils affirmaient que bientôt on pourra tout comprendre et tout transformer . Ils espéraient trouver la pierre philosophale qui leur ouvrirait les portes de l’immortalité .

    Question : Comment leurs promoteurs définissent
    le transhumanisme ?

    Miguel : Pour eux la vie sur terre est destinée à changer radicalement . La vie humaine n’aura plus de masse biologique . On parle de projet
    post-biologique,de monde de la dématérialisation,la mort de la mort parce qu’il y aura des possibilités de transfert de notre être . J’émettrais deux hypothèses essentielles :

    1ère hypothèse : Entre la machine digitale et le vivant ou bien entre un cerveau humain et l’intelligence artificielle,il y a une différence quantitative mais pas qualitative . On va arriver à modéliser le cerveau qui calcule, qui prévoie .

    2ème hypothèse : Tout est informationnel . On n’est pas dans la configuration émetteur-récepteur . Toutes les informations sont constituées en unités de base pour mettre sur un support et transférer ailleurs . C’est pourquoi il est possible de télégraphier un homme selon l’expression consacrée . On recueille les informations le concernant et on opère un transfert vers un ailleurs sélectionné . Finalement la molécule ADN n’est qu’un support d’informations transférables .

  • Exposé de Mr Miguel Benasayag .

    Transhumanisme,l’humanisme augmenté ou diminué ?

    Question : Qu’est ce qui nous différencie de l’IA ?

    Miguel : Mon cerveau peut moins calculer qu’un ordinateur . Le vrai monde selon Platon,ce sont les formes géométriques et les mathématiques . L’homme a ses racines dans le ciel et non pas sur la terre . Les monothéistes ont repris cette idée . Le trans-humaniste récupère la vie au-delà du corps . C’est un souhait que l’humanité a depuis longtemps . Pour les trans-humanistes la différence fondamentale entre l’IA et le cerveau est que le cerveau est limité,soumis à la corruption tandis que la machine a des ressources illimitées et n’est pas corruptible .

    Le champion du monde d’échecs Kasparov a été battu par l’IA . La machine a gagné aussi au jeu complexe du GO . L’espèce humaine est donc inférieure aux machines . Notre monde de l’affect peut aussi être capté par la machine . Celle -ci a le pouvoir de modéliser les circuits cérébraux sentimentaux après avoir capté nos élans d’amour ou nos effondrements de tristesse .

  • Exposé de Miguel Benasagay

    Transhumanisme,l’humanisme augmenté ou diminué ?

    Une dépendance de l’homme de plus en plus étroite à la machine .

    De plus en plus de fonctions seront déléguées à une machine extérieure . On est en train d’étudier la production d’un logiciel éthique . Déléguer la fonction éthique consiste à faire un choix entre des valeurs . Un logiciel éthique sera donc incorporé dans la voiture autonome . Ainsi face à un accident inévitable,la voiture autonome pourvue d’un logiciel éthique devra choisir entre écraser un chat ou un enfant . Pour l’instant,les expériences démontrent que cette mise au point n’est pas réalisée . D’autre part il a été constaté qu’une voiture avec un logiciel soi-disant éthique a écrasé une femme et on ne sait pas pourquoi . Donc nous sommes déjà en présence d’une machine qui fera un choix éthique à notre place .

    Autrement-dit nous évoluons vers une atrophie progressive de la conscience morale humaine . Par exemple on a constaté de la même manière chez les chauffeurs de taxi qui ont commencé leur métier avec un GPS une atrophie de certains noyaux neuro-cérébraux . En déléguant la fonction cérébrale de réflexion et de mémorisation à la machine,nous perdons ces facultés car nous ne les exploitons plus . En simplifiant le travail du chauffeur de taxi,la machine en retour réduit ses capacités réflexives . Le futur sera composé de cerveaux diminués qui délégueront leurs compétences aux machines . Nous sommes face à un problème anthropologique,philosophique ;la dépendance du vivant à la machine . On s’interroge alors sur la pédagogie des connaissances qui poursuit le but suivant à savoir : oublier ce qu’on a appris pour apprendre un nouveau savoir utile . La méthode consiste à comprendre les circuits neuronaux pour apprendre à oublier rapidement ce qui devient inutile et pour apprendre ensuite encore plus vite ce qui est utile . On sombre donc dans l’utilitarisme trivial .

  • Transhumanisme : l’humain augmenté ou diminué .

    Le Débat avec le Public .

    Question : Est ce que l’humain d’abord dépendant du digital peut revenir à la lecture ? Y a t il possibilité de réversibilité ?

    Miguel : Avec la plasticité cérébrale,l’atrophie d’une fonction est réversible . Par rapport aux nouvelles générations,il y a une transmission héréditaire non génétique . Pour les enfants qui naissent au contact de ces nouvelles technologies,il sera compliqué de revenir en arrière . Le livre met l’enfant dans un autre rapport à la temporalité . La lecture stimule les facultés intellectuelles en particulier la réflexion et la mémoire . On confond aujourd’hui la connaissance et l’information . La connaissance implique un engagement volontaire et soutenu des corps humains . La connaissance est aussi la somme de plusieurs expériences au cours d’une vie . Certaines mises en situation devant un fait accompli nous ont conduit à nous cogner au réel et à trouver aussi rapidement que possible des solutions .

    L’information se réduit à savoir ce qui s’est passé . Elle entraîne d’ailleurs un corollaire bizarre . Plus on est informé,plus on est dans une situation d’impuissance face à la réalité actuelle . On est très informé,mais que faire ? Cette réversibilité est donc possible, mais sera dure à accomplir . Les humains penchent plutôt vers la facilité surtout si, en plus, la réalisation est plus rapide et aussi précise .

    Question : On s’aperçoit qu’il y a une peur du robot qui peut prendre le pouvoir . Un législation sur les droits du robot et ses limites d’intervention est donc nécessaire . Si la voiture autonome a un accident,qui est responsable ? Le constructeur,le conducteur,la cybernétique......etc ? Certaines questions cruciales ne sont pas pensées et débattues .

    Miguel : Légiférer fait partie du domaine pragmatique . Le législateur ne connaît pas la particularité du vivant . Le législateur comme tous ses compatriotes est ébloui par l’essor constant des nouvelles technologies . Chaque citoyen est convoqué à penser ce qui va arriver dans un futur proche. Le législateur c’est à dire celui qui a l’initiative de la loi, assiste et peut intervenir dans le débat contradictoire de la loi à l’Assemblée Nationale ou au Sénat,exerce le vote final de la loi,fait partie d’une époque où la démocratie est mise à mal par la macro-économie .

    Les banques de données décident chez les grands industriels . Aucun être humain ne peut faire pareille évaluation . Un entrepreneur sait sur le plan statistique si on peut investir ou pas dans un pays . En médecine,l’assistant technique de diagnostic révèle ce qu’il faut faire dans tel ou tel cas .

    Les humains sont noyés dans des milliards de données où on ne peut pas prendre de décisions . Les petits humains que nous sommes pour la plupart face aux géants du numérique,ne doivent pas baisser les bras . Le législateur est le plus mal placé pour prendre des décisions qui relèvent de la philosophie politique afin de garantir un monde humaniste . Comme tous ses collègues et face à des concurrents,il exerce sa carrière dans une temporalité rapide sujette à la prochaine élection . Il appartient donc à chaque citoyen de s’intéresser à la construction de notre avenir commun .

    Aujourd’hui les grands-parents peuvent difficilement transmettre à leurs petits-enfants des informations par exemple sur les oiseaux ou dans divers autres domaines . Le grand-père lui-même aura du mal à résister à utiliser un moteur de recherche pour développer les différentes espèces d’oiseaux,leurs descriptions physiques,leurs comportements . Toutes les tranches d’âge sont déjà tentées de se servir des nouvelles technologies ;c’est tellement plus commode .

    En tant que pédopsychiatre,je reçois des parents qui me disent : " Mon enfant passe beaucoup de temps devant la machine . Que faire pour l’en dissuader ? " Les enfants développent facilement des addictions, d’autant plus facilement que certains parents pour être tranquilles,mettent l’enfant devant l’écran . C’est une mauvaise initiative . En effet,l’enfant est placé dans un état sous-hypnotique qui casse toutes les structures de sa pensée . La première solution à appliquer est de permettre l’accès à l’écran seulement à partir de 3 ans et pas avant . A cet âge, le cerveau de l’enfant est structuré et peut éviter d’éventuels troubles psychiques .

  • Transhumanisme,l’humain augmenté ou diminué .

    Débat avec le Public .

    Question : Derrière toutes ces choses informationnelles,il y a des humains . L’information en Argentine ou en France n’a pas les mêmes répercussions . Qu’en pensez vous ?

    Miguel : Aujourd’hui les algorithmes peuvent se reprogrammer à partir de nouvelles informations qu’ils trouvent en quelque sorte de leur propre chef . Des corrélations se réalisent automatiquement . Les rapports de proximité entre l’homme et la machine s’amenuisent voire tendent à disparaître . Petit à petit la machine s’autonomise,elle en vient même à informer les techniciens chercheurs . L’inerte finit par acquérir une intentionnalité . Nous vivons une temporalité techno-scientifique qui nous déconcerte déjà et continuera dans cette orientation caractéristique de plus en plus .

    L’homme n’est plus le maître de la création,il ne peut plus traiter le reste de la nature comme des objets à son service . L’affirmation de Descartes qui rendait la raison de l’homme maîtresse de l’univers pour le dominer de sa splendide supériorité,tombe en caducité .

    En Argentine,la jurisprudence a fait des animaux des sujets de droit . Il se pose maintenant avec sérieux la question des droits du robot . Le monopole de l’humain sur toutes choses est passée .

  • Transhumanisme,l’humain augmenté ou diminué

    Débat avec le Public

    Question : Quelle est la vision du monde qu’a le transhumanisme ? La vie selon n’aura plus de forme organique . Quel projet politique et social prône le transhumanisme ?

    Le transhumanisme n’a pas de projet politique et social destiné à satisfaire l’intérêt général . C’est au contraire un projet d’apartheid . Certaines personnes très riches, comme les patrons des GAFAM, rêvent de devenir immortels grâce aux progrès technologiques . C’est un changement de mentalité qui bascule dans la radicalité réactionnaire . Ils considèrent n’avoir aucune responsabilité envers les générations futures, à plus forte raison, envers leurs contemporains .

    La différence entre la médecine de réparation et la médecine d’augmentation nous interpelle . La médecine de réparation consiste à soigner et à guérir les malades,les blessés . La médecine d’augmentation recherche continuellement à augmenter les capacités physiques et intellectuelles chez une personne déjà en bonne santé . L’homme sera augmenté pour devenir plus productif . La notion de "Ressources Humaines contient dès à présent une connotation trans-humaniste .

    Le transhumanisme a inspiré le roi d’Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane à créer le projet NEOM . Son coût serait de 500 milliards de dollars .
    Il s’agirait de créer de toute pièce une ville automatisée, composée de robots de drones et d’un système de surveillance à grande échelle . On y verrait des taxis volants pour se déplacer,une immense lune artificielle,une vaste plage illuminée toute la nuit,un "Jurassi-Park" géant peuplé de robots dinosaures, des robots gladiateurs combattant dans une immense arène . Tout cela en guise d’attraction touristique .

    Cet espace économique et ludique ultra-connecté aura une superficie de 26500 km2 . Pour se donner une idée,en supposant un quadrilatère, il aurait 162,788 kms de côté . Ce futur site touristique international le plus grand du monde aurait une superficie égale à 265 fois la superficie de Paris intra-muros (100 km2) et trois fois l’île de Chypre (9251 km2) . Il serait aménagé dans le nord-ouest de l’Arabie-Saoudite jusqu’aux limites des frontières de la Jordanie et de l’Egypte . Un pont traversant la Mer Rouge assurerait une liaison routière et sans doute ferroviaire avec l’Egypte . Les robots seront absolument partout qu’il s’agisse de cuisine,de ménage,de transports,bref dans de nombreuses places de prestations de services .

    Dès à présent,une connexion possible d’un humain à un Big-Data peut se faire par l’implant cérébral . Ainsi, dans nos têtes nous pourrons visionner toute la Bibliothèque Nationale . On opère ainsi une métamorphose du vivant humain . Cette dénaturation de la mémoire déterminera une érosion, voire la disparition de l’identité d’un être humain . Notre être ou notre étant, comme dit Heidegger, est intrinsèquement façonné par la mémoire . En effet,la mémoire dans son état naturel sélectionne,modifie les souvenirs ou les oublie . Une mémoire connectée à un Big-Data devient dépendante dans son fonctionnement .

    L’implant cérébral enregistre le souvenir et le conserve tel quel tout le temps . Son activation impacte la chimie du cerveau pour modifier progressivement ce dernier . Si le sujet est gêné par un souvenir dans son comportement,une molécule envoyée par l’implant peut l’annuler .

    Notre mémoire est aussi corporelle jusque dans les papilles gustatives pour reconnaître le produit que nous mangeons . En fait,nous sommes des mémoires qui marchons . Or,la majeure partie de la recherche techno-scientifique subventionne la possibilité d’hybrider le cerveau avec des
    Big-Data . Si naturellement je ne me rappelle pas le nom de quelqu’un,si j’oublie la date d’anniversaire de mon neveu,je l’oublie pour un tas de raisons qu’il me convient d’élucider par ma propre réflexion . Je trouverai à plus ou moins long terme la cause ou les causes de cet oubli .

    Les neuro-scientifiques travaillent avec l’Education Nationale . Il ne faut pas louper le coche dans le saut numérique . On veut accélérer toujours plus la performance des nouvelles technologies . Les gouvernants éludent le point de vue médical . Travailler trop longtemps sur écran ou l’utiliser très souvent finit par rétracter le champ visuel . Cet impératif de santé publique est occulté . Le législateur joue le jeu de la vitesse . Le temps de la montre n’est pas le temps biologique . Nous sommes pris dans l’engrenage de l’accélération parce qu’on est dans un monde de compétitivité . La res technologica supplante la res républica .

  • Transhumanisme,l’humain augmenté ou diminué

    Débat avec le Public

    Question : Quelle est la vision du monde qu’a le transhumanisme ? La vie selon vous n’aura plus de forme organique . Quel projet politique et social prône le transhumanisme ?

    Le transhumanisme n’a pas de projet politique et social destiné à satisfaire l’intérêt général . C’est au contraire un projet d’apartheid . Certaines personnes très riches, comme les patrons des GAFAM, rêvent de devenir immortels grâce aux progrès technologiques . C’est un changement de mentalité qui bascule dans la radicalité réactionnaire . Ils considèrent n’avoir aucune responsabilité envers les générations futures, à plus forte raison, envers leurs contemporains .

    La différence entre la médecine de réparation et la médecine d’augmentation nous interpelle . La médecine de réparation consiste à soigner et à guérir les malades,les blessés . La médecine d’augmentation recherche continuellement à augmenter les capacités physiques et intellectuelles chez une personne déjà en bonne santé . L’homme sera augmenté pour devenir plus productif . La notion de "Ressources Humaines contient dès à présent une connotation trans-humaniste .

    Le transhumanisme a inspiré le roi d’Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane à créer le projet NEOM . Son coût serait de 500 milliards de dollars .
    Il s’agirait de créer de toute pièce une ville automatisée, composée de robots de drones et d’un système de surveillance à grande échelle . On y verrait des taxis volants pour se déplacer,une immense lune artificielle,une vaste plage illuminée toute la nuit,un "Jurassi-Park" géant peuplé de robots dinosaures, des robots gladiateurs combattant dans une immense arène . Tout cela en guise d’attraction touristique .

    Cet espace économique et ludique ultra-connecté aura une superficie de 26500 km2 . Pour se donner une idée,en supposant un quadrilatère, il aurait 162,788 kms de côté . Ce futur site touristique international le plus grand du monde aurait une superficie égale à 265 fois la superficie de Paris intra-muros (100 km2) et trois fois l’île de Chypre (9251 km2) . Il serait aménagé dans le nord-ouest de l’Arabie-Saoudite jusqu’aux limites des frontières de la Jordanie et de l’Egypte . Un pont traversant la Mer Rouge assurerait une liaison routière et sans doute ferroviaire avec l’Egypte . Les robots seront absolument partout qu’il s’agisse de cuisine,de ménage,de transports,bref dans de nombreuses places de prestations de services .

    Dès à présent,une connexion possible d’un humain à un Big-Data peut se faire par l’implant cérébral . Ainsi, dans nos têtes nous pourrons visionner toute la Bibliothèque Nationale . On opère ainsi une métamorphose du vivant humain . Cette dénaturation de la mémoire déterminera une érosion, voire la disparition de l’identité d’un être humain . Notre être ou notre étant, comme dit Heidegger, est intrinsèquement façonné par la mémoire . En effet,la mémoire dans son état naturel sélectionne,modifie les souvenirs ou les oublie . Une mémoire connectée à un Big-Data devient dépendante dans son fonctionnement .

    L’implant cérébral enregistre le souvenir et le conserve tel quel tout le temps . Son activation impacte la chimie du cerveau pour modifier progressivement ce dernier . Si le sujet est gêné par un souvenir dans son comportement,une molécule envoyée par l’implant peut l’annuler .

    Notre mémoire est aussi corporelle jusque dans les papilles gustatives pour reconnaître le produit que nous mangeons . En fait,nous sommes des mémoires qui marchons . Or,la majeure partie de la recherche techno-scientifique subventionne la possibilité d’hybrider le cerveau avec des
    Big-Data . Si naturellement je ne me rappelle pas le nom de quelqu’un,si j’oublie la date d’anniversaire de mon neveu,je l’oublie pour un tas de raisons qu’il me convient d’élucider par ma propre réflexion . Je trouverai à plus ou moins long terme la cause ou les causes de cet oubli .

    Les neuro-scientifiques travaillent avec l’Education Nationale . Il ne faut pas louper le coche dans le saut numérique . On veut accélérer toujours plus la performance des nouvelles technologies . Les gouvernants éludent le point de vue médical . Travailler trop longtemps sur écran ou l’utiliser très souvent finit par rétracter le champ visuel . Cet impératif de santé publique est occulté . Le législateur joue le jeu de la vitesse . Le temps de la montre n’est pas le temps biologique . Nous sommes pris dans l’engrenage de l’accélération parce qu’on est dans un monde de compétitivité . La res technologica supplante la res républica .



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0