La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers·cières  |  Contact

Accueil > Sciences exactes et naturelles > Biologie > Yves LE GAL

Yves LE GAL

directeur de la station de biologie marine du Muséum national d’histoire naturelle et du collège de France de Concarneau

La vie est née au fond des océans

jeudi 24 janvier 2002 20h30


Le thème abordé sera celui des océans. Il s’agit de la conjonction hautement improbable de processus chimiques relativement simples. L’évolution biologique est plus complexe dans ses mécanismes. Ce phénomène puissant révèle un certain nombre de zones d’ombres et de solutions adaptives marqué par de gigantesques catastrophes. Nous sommes en quelque sorte les résidus de tout ce mouvement. Fait nouveau, cependant, nous sommes aussi des acteurs relativement conscients de notre évolution et de celle de la planète. L’espèce humaine a réussi en quelques décennies à imprimer à la planète des bouleversements qui dans les temps passés exigeaient des millénaires.




" L’homme est bien peu de chose "

Conférence très pointue jeudi soir au Chapeau Rouge avec Yves Le Gal, docteur-ès-Sciences et directeur de la station biologie marine de Concarneau. Devant une assistance très attentive, il a replacé l’homme à sa modeste place dans un univers aux mutations multiples.

Première étape. La terre, il y a quelques milliards d’années, elle était non pas la planète bleue, mais la planète rouge. L’apparition de l’eau donne lieu à plusieurs hypothèses, soit un refroidissement de la terre, soit un bombardement intensif de comètes de glace. Certains pensent que la vie était peut-être déjà dans cette eau, et que l’on y trouvait les premières molécules organiques. " Mais c’est de toute façon sur la terre qu’elles se sont développées. "

Deuxième étape. Sortir de la soupe. Les premières molécules, des acides lipo nucléiques se soudent, forment des ensembles : c’est la " soupe ". Et de mutation en mutation, d’évolution biologique en sélection et duplication, petit à petit on va vers une complexité croissante.

Troisième étape : classification des êtres vivants. Où on apprend que l’on fait non pas partie des archaez et des bacteria mais des Eucarya, le même groupe que les grenouilles et le maïs !

Pour arriver jusqu’à l’homme, il aura fallu quarante-cinq milliards d’années !

En conclusion, on apprend également que les rois de la planète sont les bactéries et non pas l’homme, les animaux ou les végétaux qui restent des éléments marginaux.

On tombe de haut ! Nous sommes le fruit d’interactions chimiques simples. quot ; Les bactéries et les unicellulaires représentent toujours l’essentiel de la vie sur la planète, la marche vers le progrès reste marginale. "

La durée de vie de l’homo sapiens est limitée par rapport à celle des animaux des temps les plus reculés, elle diminue dans les espèces dites évoluées.

Tout cela n’est guère réjouissant et Yves Le Gal avec sa conférence a remis les pendules à l’heure, l’homme est vraiment peu de chose dans l’univers.



Biographie :

Docteur ès-Sciences Physiques, Sous Directeur honoraire au Collège de France, Correspondant du Muséum National d’Histoire Naturelle, Membre du Comité Scientifique Marin Daniel Jouvance.






Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0