La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers·cières  |  Contact

Accueil > Société > Stéphane BEAUD

Stéphane BEAUD

professeur de sociologie

La place des jeunes dans la société française

jeudi 22 mars 2007 20h30

Stéphane Beaud, professeur de sociologie à l’Université de Nantes, a travaillé, à partir d’enquêtes de terrain, sur les transformations du monde ouvrier et des classes populaires.


Enregistrements audio de la conférence-débat

Présentation

Conférence

Débat


Le conférencier exposera d’abord ce qui fait la singularité de la jeunesse française des vingt dernières années : le chômage de masse, la précarité structurelle et ses effets sociaux et politiques.

Puis il analysera les traits particuliers de la jeunesse (dite) des cités, en la comparant à d’autres formes de jeunesse populaire qui ont existé historiquement : Apaches, Blousons noirs, Loubards.



24/3/2007

JPEG
Stéphane Beaud, sociologue

Sociologue à l’université de Nantes, spécialiste des questions de la jeunesse, Stéphane Beaud était l’invité, jeudi soir, de la Liberté de l’esprit, à la salle du Chapeau-Rouge. Il a répondu aux questions du Télégramme sur « La place de la jeunesse dans la société française ». Peut-on parler à propos de la jeunesse de notre pays de « génération sacrifiée » ? Cette expression journalistique n’est pas inexacte. On n’a pas fait d’efforts, dans notre pays, pour accompagner l’insertion des jeunes, notamment chez les plus défavorisés. La génération actuelle est sacrifiée à tous points de vue, y compris pour le logement. À un tel point qu’elle est parfois contrainte de partir à l’étranger. La jeunesse de France constitue-t-elle un corps homogène ? La jeunesse n’est pas cloisonnée, mais il faut tout de même insister sur ce qui la différencie. Les jeunes issues de la bourgeoisie bénéficient d’un capital économique et culturel. À l’autre bout de l’échelle, la jeunesse populaire cumule les handicaps. Les jeunes des classes moyennes croient encore en l’école comme facteur de promotion sociale pour ne pas retomber dans les classes populaires, dont sont souvent issus leurs parents. Mais les classes moyennes ont également intériorisé le fait qu’il y a désormais un risque non négligeable de déclassement social. C’est un groupe en crise ! Comment interprétez-vous les émeutes urbaines d’automne 2005 ? Je le vois comme le paroxysme d’un cycle, un coup de semonce, un avertissement important dont le message à l’adresse des pouvoirs publics était : « Occupez-vous de nous ! ». Rien n’est réglé. J’ai étudié les émeutes qui ont frappé un quartier populaire de Montbéliard au cours de l’été 2000 : les incidents, paradoxalement, y ont eu lieu en période de reprise économique. Il y a eu dans ce quartier un espoir de reprise doublée d’une intégration insuffisante. On a entrouvert la porte mais celle-ci s’est aussitôt refermée. Plus inquiétant : l’absence d’intégration professionnelle favorise le retour du religieux ! Vous soulignez que les poussées de colères chez les jeunes ne constituent pas une nouveauté. Il y a, en effet, des forces structurelles invariantes de révoltes populaires dans la jeunesse. C’est en 1959 qu’on a évoqué pour la première fois les blousons noirs. Les jeunes des cités ne sont pas des monstres sociaux : 30 % d’entre eux réussissent sous une forme ou une autre à s’intégrer. À noter que les jeunes filles des milieux populaires trouvent souvent un statut social par la maternité. Le racisme est sexué, les jeunes filles issues de l’immigration « passent » mieux que les garçons, notamment dans les emplois peu qualifiés.



Biographie

Stéphane Beaud est professeur de sociologie à l’Université de Nantes. Il a travaillé, à partir d’enquêtes de terrain, sur les transformations du monde ouvrier et des classes populaires. Il a ainsi écrit avec Michel Pialoux :
* "Retour sur la condition ouvrière", Fayard, 1999, puis 10-18 en poche
* "Violences urbaines et violence sociale", Fayard, 2003, puis Hachette-Pluriel, 2005.
Il a poursuivi aussi des études en milieu populaire, notamment dans les familles immigrées :
* "80 % au bac. Et après ?…Les enfants de la démocratisation scolaire" , La Découverte, 2002
* Avec Younes Amrani, "Pays de malheur. Un jeune de cité écrit à un sociologue", La Découverte, 2004.


Voir en ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3...






Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0