La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers  |  Contact

Accueil > Politique > Alain FINKIELKRAUT

Alain FINKIELKRAUT

philosophe, écrivain et essayiste

Y a-t-il une civilisation planétaire ?

mardi 11 février 1997 20h30




Le Télégramme de Brest 13 février 1997

La Liberté de l’esprit : 600 personnes philosophent avec Finkielkraut

C’est devant une salle archi-comble (600 personnes) que le philosophe Finkielkraut, professeur à Polytechnique, invité de la « Liberté de l’esprit » a donné conférence mardi soir, au Chapeau-Rouge. Le thème de cette soirée, particulièrement riche : « Y a-t-il une civilisation planétaire ? ». Pour Finkielkraut, la mondialisation existe belle et bien. Petits signes de l’ère planétaire : la météo mondiale donnée par CNN, mais aussi les génériques des journaux télévisés qui, avec quelques variantes, représentent toujours le globe. Chateaubriant La prophétie de Chateaubriant dans des « Mémoires d’outre-tombe » se réalise donc. La technique a matérialisé le rêve, nous sommes contemporains de tous nos contemporains. Et la télévision se révèle un plain-pied planétaire. Avec la mondialisation, est apparue l’émergeance d’une pluralité antagoniste (alors qu’avant le monde était bicéphale) ; les revendications et affirmations culturelles prennent plus de force. Or, Finkielkraut rappelait que le mépris des identités est dévastateur. Il est pour beaucoup dans le développement actuel des conflits. Esprit de clocher Le philosophe a exposé ensuite la théorie de Roger Harch sur les nouvelles catégories socio-professionnelles, revues par la mondialisation. Il les classe en trois groupes : les services de production courantes (la production de masse, les travailleurs routiniers), le service personnel (commerce, coiffeurs, kinés, chauffeurs...) et surtout le service des manipulateurs de symboles (chercheurs, avocats, metteurs en scène, journalistes, emplois créatifs...). Or, ces manipulateurs de symboles sont cosmopolites et de plus en plus à l’aise dans ce nouvel ordre qu’ils donnent. Ils sont sur leur bateau, vivent entre eux. Ces « élites » créent un particularisme, un « esprit de clocher » tout à fait redoutable selon Finkielkraut. Il évoquait l’Occupation : « On ne voit dans le régime de Vichy, non plus l’humiliation de la France, mais les droits de l’homme bafoués ». Cette mutation de la mémoire est le fait des manipulateurs de symboles. Et c’est là le grand risque : que ces cosmopolites se saisissent de la mémoire. Il peut aller de pair avec le communautarisme le plus terrifiant. « Une forme inédite et radicale de l’esprit de clocher ! ».



Ouest-France

Finkielkraut défend l’idée de nation

Alain Finkielkraut a fait salle comble au Chapeau-Rouge mardi soir. 600 personnes sont venues écouter cet intellectuel engagé démonter les travers de la civilisation planétaire, et défendre l’idée de nation. Un discours original ponctué de formules-chocs.

Va-t-on vers une civilisation planétaire ? Pour Alain Finkielkraut la réponse est positive : " La mondialisation n’est pas seulement un slogan, mais une réalité. " Le commerce et les informations à l’échelon mondial nous le rappellent tous les jours. Annah Arendh le disait déjà : " Tous les peuples de la Terre ont un présent commun ". Le monde est libéré de la géographie par le progrès technique, et chaque pays est voisin de tous les autres.

Malgré cette civilisation planétaire, on observe l’émergence d’une multitude d’identités. Après l’ère du choc idéologique de la guerre froide, voici le choc entre les différentes cultures et réligions. " Le drapeau n’est plus le même mais les guerres persistent ", constate Alain Finkielkraut.

Le philosophe dépasse les analyses actuellement en vogue. Il préfère se référer à celle exposée par le ministre du travail de Clinton, Robert Reich. Ce dernier divise la population en trois classes sociales. Alors que le bateau des travailleurs routiniers (les ouvriers) coule, celui des aides personnelles (commerçants, infirmières, agents ...) stagne. Par contre, pour les manipulateurs de symboles cosmopolites (chercheurs, ingénieurs, conseillers …), dont le porte-parole pourrait être Bill Gates, l’avenir est rose.

Une évolution regrettable. Le cosmopolitisme est vécu par cette élite non comme un " souci du monde ", mais comme une jouissance. " Les manipulateurs de symboles sont des individus cosmopolites dotés d’une forme supérieure d’esprit de clocher. Dans cette situation nouvelle où il n’y a plus d’identité nationale, ils n’ont plus aucune des obligations de solidarité que sous-entend la citoyenneté. Bien au contraire, ils s’isolent dans leurs ghettos volontaires, faisant preuve d’un repli identitaire inavoué."

Ces même personnes pratiquent " l’anti-racisme paillette ", exprimant leur dégoût pour un nationalisme qu’ils considèrent comme dépassé. Une idiotie pour Alain Finkielkraut. " L’expérience de mon engagement en ex-yougoslavie m’a montré ce que pouvait avoir de dévastateur le mépris des identités. " pour le philosophe, il faut savoir penser l’enchevêtrement du particulier et des valeurs universelles. Le concept de nation n’est pas dépassé, et permet de se protéger d’un cosmopolitisme qui peut faire preuve de l’esprit de clocher le plus extrême.

Du nationalisme, Alain Finkielkraut veut garder le meilleur : la citoyenneté qui implique le sens de la responsabilité et de la solidarité.



Biographie

Alain Finkielkraut est un philosophe, écrivain et essayiste français né à Paris le 30 juin 1949.

Auteur de nombreux ouvrages sur la mémoire, la modernité et la culture contemporaine, il défend la notion d’identité, l’idée de transmission et l’esprit des humanités. Il s’est exprimé sur l’antisémitisme et le racisme, sur le multiculturalisme, sur les failles du système éducatif français qui conduisent à la marginalisation des enfants de l’immigration, ou encore concernant les guerres de Yougoslavie.






Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0