La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers·cières  |  Contact

Accueil > Sciences humaines et sociales > Psychanalyse > Élisabeth ROUDINESCO

Élisabeth ROUDINESCO

historienne de la psychanalyse et psychanalyste

Pourquoi la psychanalyse ?

jeudi 18 octobre 2001 20h30


Directrice de recherche au département d’histoire de Paris VII, vice-présidente de la Société internationale d’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse, collaboratrice au journal Le Monde, auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels un « Dictionnaire de la psychanalyse » en 1997, Elisabeth Roudinesco a également écrit le remarquable documentaire « Sigmund Freud, l’invention de la psychanalyse », présenté cet été sur France 3 et Arte. Dans un ouvrage paru il y a deux ans chez Faillard - et réédité depuis en poche dans la collection Champs Flammarion -, « Pourquoi la psychanalyse ? », Elisabeth Roudinesco redonne à « la cure par la parole » la place qu’elle juge être la sienne dans un pays qui fait grande consommation de psychotropes pour soigner l’angoisse, la dépression et les névroses. Dans cet essai combatif et très informé, elle critique par ailleurs les prétentions contemporaines qui veulent convertir la science en religion et confondre le désir avec une sécrétion chimique.




20 octobre 2001

« Rififi » à Pierre-Jakez-Hélias

La Liberté de l’esprit, une nouvelle fois victime de son succès ! Exceptionnellement repliée sur le pôle universitaire Pierre-Jakez-Hélias, l’association culturelle a dû refuser pas moins de 300 auditeurs, jeudi sur le campus de Creach Gwen. Les 240 places assises du grand amphi avaient en effet été prises d’assaut une demi-heure avant le début de la conférence. Elisabeth Roudinesco a bien tenté - sur un ton péremptoire et fort désagréable - de faire entrer les « recalés » de la soirée malgré les évidentes consignes de sécurité. Une attitude pour le moins irresponsable qui a provoqué la colère à vive voix d’un des responsables de la Liberté devant un public manifestement stupéfait.



20 octobre 2001

Elisabeth Roudinesco : la psychanalyse contre la barbarie

Pourquoi la psychanalyse est-elle aujourd’hui autant attaquée ? Faut-il y voir un signe de son succès renouvelé ou l’annonce de son déclin ? Historienne spécialiste de la question, Elisabeth Roudinesco est venue à la rencontre du nombreux public de la Liberté de l’esprit, jeudi soir, au pôle universitaire Pierre-Jakez-Hélias.

La psychanalyse vient de fêter ses 100 ans. Aussi modernes soient-elles, les théories de Freud sont aujourd’hui au coeur de controverses parfois violentes, aux Etats-Unis notamment. Un danger ou une chance ? Elisabeth Roudinesco plaide pour la deuxième réponse. « Sans querelle d’écoles, c’est le cimetière. La tentation de trouver de nouveaux terrains d’analyse sont autant de points positifs ». L’historienne pointe néanmoins un danger : « La perte de l’idéal universel », cher aux Freudiens. Evoquant plus en détail, l’état de la psychanalyse à l’orée du XXI e siècle, Roudinesco constate que « les patients, maintenant, écrivent des livres sur leur cas ». Cette « auto-analyse » a pour conséquence la production de « documents bruts » qui révèlent tout particulièrement un « souci de soi ». « Le thérapeute est en quelque sorte dépassé par le patient », résume-t-elle.

Une avancée de la civilisation

La seconde partie de son discours passe en revue l’historique du freudisme. Fondé « contre l’ordre bourgeois » - qui assimile l’hystérie à une épidémie -, il ne tarde pas à « affronter des adversaires qui l’accusent de spéculation », chez les religieux ou dans les sociétés totalitaires (URSS, Allemagne nazie). Héritée des Lumières, la psychanalyse considère, en effet, le sujet comme « un être parlant et non un animal ». Le freudisme, « idée de subversion sociale, est loin d’être caduc », poursuit Elisabeth Roudinesco. « Le rêve comme objet d’investigation scientifique » constitue plus que jamais une « avancée de la civilisation contre la barbarie ». D’où son succès en Europe occidentale et aux Etats-Unis, « malgré la sclérose de ses institutions ».

* Gilles Carrière



Biographie

Universitaire, historienne de la psychanalyse et psychanalyste française, née à Paris, le 10 septembre 1944. Elle donne, depuis 1991, un séminaire sur l’histoire de la psychanalyse dans le cadre de l’École doctorale du département d’Histoire de l’Université Paris VII-Denis-Diderot (UFR de Géographie, Histoire, et Sciences de la Société, G.H.S.S.) et de l’École Pratique des Hautes Etudes - EPHE. Ses ouvrages sont traduits en une trentaine de langues.

Elle est la fille d’Alexandre Roudinesco, médecin d’origine roumaine, et de de Jenny Aubry (1903-1987), née Weiss, pédiatre et psychanalyste française, sœur de Louise Weiss.

Elle effectue ses études secondaires au Collège Sévigné. Après avoir été enseignante en Algérie au centre de Boumerdés en 1966 et 1967, elle poursuit ses études supérieures à la Sorbonne où elle obtient sa licence de Lettres modernes, avec une option linguistique. Elle soutient sa maîtrise avec Tzvetan Todorov à l’Université Paris VIII-Vincennes, puis sa thèse de doctorat de troisième cycle avec Jean Levaillant en 1975. C’est à cette période qu’elle est l’élève de Gilles Deleuze et de Michel de Certeau.

En 1991, elle soutient son habilitation à diriger des recherches en histoire (HDR) avec comme directrice de thèse Michelle Perrot. Les membres du jury sont : Alain Corbin, Jean-Claude Passeron, Robert Castel, Dominique Lecourt, Serge Leclaire. Ce travail est publié en 1994 sous le titre Généalogies.

De 1969 à 1981, elle est membre de l’École freudienne de Paris, fondée par Jacques Lacan, où elle reçoit sa formation psychanalytique. Elle fait entre-temps partie, de 1969 à 1979, du comité de rédaction de la revue Action poétique dirigée par Henri Deluy. Par ailleurs collaboratrice au journal Libération de 1986 à 1996, elle est chargée de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales à partir de 1992.

En 1996, elle cesse sa collaboration à Libération pour le journal Le Monde. En 1997, elle devient membre du comité de la revue L’Homme, jusqu’en 2002. De 2001 à 2007, elle est chargée de conférences à l’École pratique des hautes études, IVe section. A partir de 2007-2008, elle est intégrée à l’équipe d’accueil de Jacques Le Rider et Esther Benbassa à la Ve section de l’EPHE.

Publications

- Pour une politique de la psychanalyse, Paris : La Découverte, 1977
- Histoire de la psychanalyse en France, vol. 1, Paris : Le Seuil, 1982 (réédition Fayard 1994)
- Histoire de la psychanalyse en France, vol. 2, Paris : Le Seuil, 1986 (réédition Fayard 1994)
- Théroigne de Méricourt. Une femme mélancolique sous la Révolution, Paris : Le Seuil, 1989
- Jacques Lacan. Esquisse d’une vie, histoire d’un système de pensée, Paris : Fayard, 1993
- Généalogies, Paris : Fayard, 1994
- Dictionnaire de la psychanalyse, avec Michel Plon, Fayard, Paris, 1997, (ISBN 2-213-59685-9)
- Pourquoi la psychanalyse ?, Paris : Fayard, 1999
- L’analyse, l’archive, Bibliothèque Nationale de France, 2001
- La Famille en désordre, Paris : Fayard, 2002
- Le Patient, le thérapeute et l’État, Paris : Fayard, 2004
- Philosophes dans la tourmente, Histoire de la pensée, Fayard, Paris, 2005.
- La part obscure de nous-mêmes - Une histoire des pervers, Albin Michel, Paris, 200






Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0