La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers  |  Contact

Accueil > Religions > Thierry MAGNIN

Thierry MAGNIN

Vicaire Général de Saint Etienne et professeur de physique à l’ Ecole des Mines de St Etienne

Du big-bang à la Genèse, quelle création ?

jeudi 13 décembre 2001 20h30


Le big-bang des astrophysiciens a-t-il remplacé la bible et les textes de la Genèse sur la création ? C’est en effet une des questions que se posent aujourd’hui de nombreux jeunes dans notre société et Thierry Magnin montrera qu’il n’en est rien, mais que la science et la théologie ont besoin l’une de l’autre dans la recherche de la vérité. Les sciences dures (mathématiques et physique notamment) retrouvent au XX e siècle les questions existentielles les plus essentielles à travers les théories scientifiques modernes, notamment en physique et astrophysique. C’est en fait la question du sens de la vie, de l’univers, de l’homme qui se pose à partir de la science d’aujourd’hui. Par là, les scientifiques rejoignent les grandes questions de la philosophie de toujours, des sagesses et des traditions religieuses. Il s’agira de montrer comment et dans quelles limites.




15 décembre 2001

Liberté de l’Esprit : plus on cherche moins on trouve

Professeur de physique à l’Ecole supérieure des Mines à Saint-Etienne, chercheur associé au CNRS, docteur en sciences et en théologie, prêtre du diocèse de Saint-Etienne, auteur de plusieurs ouvrages traitant des relations de la science et de la foi, on n’en finit plus de présenter, Thierry Magnin, invité, jeudi soir, de la Liberté de l’Esprit.

Cet érudit séduit d’emblée par sa grande simplicité et la clarté de son discours. Le thème de sa conférence « Du big-bang à la Genèse, quelle création ! » pouvait faire craindre une communication très scientifique, il n’en fut rien, bien au contraire. Les 400 auditeurs, réunis au Chapeau-Rouge, ont fait le plein de réflexions quant à la création du monde, à la place ou non de Dieu, dans cet événement aujourd’hui encore très mystérieux. « J’ai 48 ans, je suis évidemment marqué par ma génération. Je suis physicien, un chercheur d’une autre discipline aurait des vues différentes. Avant d’être prêtre, j’étais scientifique, mon travail consiste à comprendre les propriétés macroscopiques des métaux. Je tente de tirer les bonnes propriétés des défauts des atomes, c’est une parabole qui me ramène aux défauts de nos vies. Je suis prêtre depuis 17 ans, ma passion n’est pas de trouver coûte que coûte dans la science l’existence de Dieu. J’ai deux démarches fécondes et différentes qui ne s’opposent jamais. L’Unesco a sélectionné quinze chercheurs venus d’horizons multiples de confessions diverses, j’ai la grande chance de faire partie de ce groupe. Ensemble, nous échangeons en public comme en privé, sur le sens de la vie, la création du monde ».

Mystérieux big-bang

« Aujourd’hui, nous connaissons la genèse de notre monde, nous pouvons, avec certitude, décrire les événements qui ont marqué les quinze milliards d’années d’existence de notre terre. Les chercheurs sont capables de décrire les trois premières minutes de cet univers, mais son avènement reste un mystère. Plus on cherche, et moins on trouve. Il reste au centre de tout un « trou d’incomplétude », impossible à combler. Certains ont voulu y mettre Dieu, cela a déchaîné des catastrophes ». Le chercheur américain, Carl Sagan, a imaginé un agenda cosmique relatant les différentes étapes de cette création. Du 1 er janvier, jour du big-bang à la Saint-Sylvestre, la terre s’élabore, les hommes y arrivent « par hasard », le 31 décembre, à 22 h 35... « Ce hasard est constructeur, mais personnellement, je n’y trouve pas Dieu ». Thierry Magnin rappelle alors les premiers chapitres de la Genèse, qui, eux aussi, content la même aventure en la resserrant sur sept jours. Ces deux « histoires » se heurtent au même mur : la description, la raison du big-bang. Ce mystère qui mène au sens (de la vie) rapproche forcément le scientifique et le philosophe.



Biographie

Vicaire Général de Saint Etienne et professeur de physique à l’Ecole des Mines de St Etienne. Directeur d’un Laboratoire de recherche en physique des matériaux (URA CNRS). Spécialiste en physique du solide, il a publié plus de 200 articles et 5 ouvrages dans ce domaine. Lauréat de L’Académie des Sciences, il est membre du Comité National du CNRS. Docteur ès Sciences, il est également prêtre en paroisse dans le diocèse de Saint-Etienne, Docteur en théologie avec une thèse sur les rapports entre Science et Théologie.
Neurosciences cosmologie...

Thierry Magnin fera, ensuite, une incursion dans la cosmologie, « cette somme des lois qui régissent l’univers », puis les nombreuses questions de ses auditeurs l’amèneront à définir rapidement la mécanique quantique, « science de l’invisible ». Il parlera également de la neuroscience, s’interrogera sur son métier de chercheur, sur ces mystères qui entourent encore et pour longtemps la naissance de notre monde.

* Eliane Faucon-Dumont




Messages

  • Les discours des scientifiques s’adressent prioritairement aux scientifiques.
    L’Eglise s’est toujours montrée très méfiante à l’égard des scientifiques, en adéquation avec les paroles du Christ nous enseignant que les choses de Dieu sont prioritairement destinées aux "tout petits".
    L’amalgame "science-foi" semble donc contre nature : il s’agit de deux domaines qui n’ont pas de rapport.
    Je préfèrerai toujours le curé d’Ars au plus savant des religieux.

    • bonsoir,hubert giraud de haute savoir,jais pensée que la science na rien a voir avec la religions,cela son deux choses très différente !

    • Bonjour à tous,

      Il semble effectivement inadéquat de placer science et foi en compétition !
      Par contre il me semble possible, voir utile à l’humanité, de situer en voies parallèles "science et théologie". Car pourquoi ne pas admettre que nous sommes alors en présence, et dans ce cas, de deux chemins qui fonctionnent cote à cote pour la recherche de la Vérité (du moins de vérités). Deux chemins qui visent le même but : le sommet de la montagne. (du sermon ?)

      Par contre la foi ne peut pas se placer en comparaison. La foi, certains en dispose, mais pas d’autres. On croit ou on ne croit pas ! En Dieu, transcendant ou immanent, en Jésus, homme, ou homme et Dieu, ou Dieu, en la naissance virginale ou non, en la résurection ou non, etc... Rien à voir avec la science, ni même avec la théologie, ou l’exégèse.

      La science cherche à devenir "exacte". En face la théologie qui se base sur des "révélations" pénètre dans le domaine de la métaphysique. Mais la science parfois peut également y pénétrer. Ceci constitue alors une faute grave. Car les parralèles de recherche de la Vérité ne doivent jamais se confondre, comme toutes parallèles "honnètes"...

      Partagez-vous cet avis ?
      Jean Pierre Marie BABIN - 67 ans - 44115 Basse Goulaine
      jp.babin@cablesmetalliques.com

    • Bonjour mon Père,
      Vous séparez très nettement le domaine d’action des scientifiques et celui des croyants. Or il me semble qu’ils ont une zone commune qui est celui du fonctionnement cognitif du chercheur qui peut chercher dans le domaine quantitatif de l’univers spatiotemporel ou dans le domaine qualitatif des idées pures. Il me semble que ces deux domaines se recoupent en nous. C’est du moins ce que semble dire le physicien Roger Penrose dans son livre "A la découverte des lois de l’univers" lorsqu’il pose la question (p 13) "Le monde mathématique de Platon est-il réel ?". Il répond à sa propre question en disant (p 14) "J’envisage l’objectivité mathématique comme l’essence même du platonisme mathématique. Car dire qu’un énoncé mathématique a une existence platonicienne revient à dire qu’il est vrai de manière objective".
      Or toutes les lois mathématiques découlent du fonctionnement cognitif de l’être humain, à commencer par la définition des nombres naturels. Pourtant il apparaît que ces lois que nous avons découvertes sont à l’œuvre dans l’univers spatiotemporel. Nous n’avons fait que les redécouvrir. Il me semble donc raisonnable de penser que l’étude de notre fonctionnement cognitif et systémique devrait nous permettre de rapprocher ces deux domaines apparemment si éloignés l’un de l’autre qui sont ceux de la foi et de la science. Cela correspondrait à la naissance d’une science nouvelle de la cognition.
      Richard Vitrac
      R. Vitrac Les fondements de la science de l’esprit et de la conscience ; Res-Systemica Vol 9 2011

    • Vous pouvez faire de l’épistémologie, mais si vous êtes intervenant en ingéniérie , vous avez 2 types de graphiques de production : la patate ou la courbe d’ystérésis
      La patate : vous restez dans ce qui se fait : la sidérurgie , la frippe etc.. et la production agricole , sans maïs trangénique ( Mexique) et sans OGN MONTE SANTO.
      L’hystéresis : vous délocaliser l’électronique et l’infotmatique en Chine.
      Le CO2 : les agriculteurs doivent étancheifier leurs serres et les chauffer avec du CO2 au lieu du mazout et les scientifiques pourront vérifier la pureté du carbone produit.
      Alors il faut savoir si vous êtes productif ou contre productif et votre profil tend à vous classer dans les contre productifs et si à Saint Etienne l’Armée ne commande plus de FAMAS et si la frippe disparait de la Loire , c’est désolant ,tout comme l’industrie automobile puisqu’on demande aux gens de marcher à pied. Etre prêtre dans ce contexte , ailleurs que dans son église , c’est bizarre dès lors que la religion du Concile de XXX est abandonnée et que la Constitution de l’Eglise Lumen Gentium devrait indiquer que s’il vous fallait un ministère ordonné , le diaconnat permanent aurait du vous suffire et que l’on a pas à savoir si vous êtes diacre ou non , que l’on ne peut pas être ministre du culte et enseignant à la fois et que si comme Thomas d’Aquin , vous voulez commenter la physique et la métaphysique d’Aristote selon IBN RUSH ça doit-être particulièrement rasoir.



Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0