La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers  |  Contact

Accueil > Sciences humaines et sociales > Économie > Guy Sorman

Guy Sorman

économiste libéral

L’avenir du capitalisme

jeudi 20 novembre 2008 20h30

 



Guy Sorman, économiste, philosophe et écrivain libéral s’inscrit dans la filiation intellectuelle du libéralisme et de la défense des droits de l’homme.


 

JPEG L’économie est cyclique par définition ; les cycles sont causés par des innovations qui tournent mal, mais sans innovation, pas de croissance. À chaque crise dans le capitalisme, les augures en annoncent la mort. Mais le capitalisme comme machine à produire des richesses, dans toutes les civilisations désormais, reste sans rival sérieux.


24/11/2008

JPEG
Guy Sorman a affirmé, devant une assistance de 100 personnes, que : « Le capitalisme est médiocre mais c’est ce qu’on a fait de mieux jusqu’à présent ».

Liberté de l’esprit. Le plaidoyer libéral de G. Sorman

L’économiste, écrivain et philosophe, Guy Sorman, était l’invité de la Liberté de l’esprit, jeudi soir à la salle du Chapeau-Rouge. Il a évoqué l’avenir du capitalisme. Libéral convaincu, ami personnel de Nicolas Sarkozy, Guy Sorman ne croit aucunement à la fin de l’économie de marché. « Il y a chez ceux qui n’ont pas vu et connu la révolution une nostalgie du grand soir, martèle-t-il. Il n’y a pas crise du capitalisme. Le capitalisme, certes, est médiocre mais c’est ce qu’on a fait de mieux jusqu’à présent ». Avec clarté et un souci pédagogique, Guy Sorman résume la crise actuelle « à une panne intervenue dans le crédit ». Il souligne, en outre, que « la bulle financière est liée à un manque d’information. C’est l’absence de transparence qui a conduit à une démarche passionnelle et non rationnelle du marché américain ». Dans son plaidoyer pour le libéralisme, Guy Sorman évoque l’exemple du Danemark, de tradition pourtant social-démocrate.

« La France a fait le choix du chômage de masse »

« C’est là où l’on licencie le plus facilement que l’on recrute le plus facilement. La France a fait le choix du chômage de masse. Les gouvernements s’accommodent cyniquement de la situation : les victimes sont silencieuses, les marginalisés votent peu ». Au fil de son discours, Guy Sorman rapporte que le capitalisme est désormais « transnational ». « On assiste à une division internationale du travail. Un objet peut être imaginé aux États-Unis, en Europe ou au Japon et être monté en Chine ». Loin de croire en une paupérisation de la planète, Guy Sorman rappelle au contraire « qu’en 20 ans, 800 millions d’individus sont sortis de la pauvreté. La malnutrition subsiste mais la famine a disparu par la combinaison de nouvelles semences et la généralisation de la propriété privée. L’Inde est même devenue exportatrice de riz et de blé ».



Biographie :
Guy Sorman (né le 10 mars 1944 en France de parents immigrés juifs polonais) est un économiste, un philosophe et un écrivain libéral français. Il s’inscrit dans la filiation intellectuelle du libéralisme et de la défense des droits de l’homme.

Il devient fonctionnaire à la sortie de l’ENA mais quitte la fonction publique pour se consacrer à l’écriture, à la réflexion et à l’entreprise de presse qu’il a fondée (Les éditions Sorman, qui éditent quinze magazines et lettres d’information professionnelles pour les élus locaux, les médecins , les urbanistes , les chefs d’entreprise . Il est l’un des co-fondateurs en 1979 de l’organisation non gouvernementale Action Internationale contre la faim qui deviendra Action contre la faim. Il préside l’Organisation humanitaire internationale contre la faim. Il est chroniqueur régulier dans de nombreux journaux : le Figaro, ’Le Monde , ’Wall Street Journal, Jornal do Commercio (Sao Paulo), La Nacion , Buenos Aires, Joongang ilbo ( Seoul )Asahi Shimbun (Tokyo). Guy Sorman est contributing editor de City Journal, New York.
Il a enseigné et enseigne dans de nombreux établissements parmi lesquels l’Institut d’études politiques de Paris de 1970 à 2000. Il est ainsi professeur invité à l’Université de Pékin, à l’Université pontificale de Santiago du Chili, à l’Institut Hoover ou à Stanford.

De 1995 à 1997, Guy Sorman a été le Président de la mission de Prospective auprès du premier ministre, Alain Juppé. Le ministre des Affaires étrangères lui a par ailleurs confié une mission de réflexion sur l’action culturelle de la France et l’a nommé en 1997, au Comité stratégique de l’action télévisuelle extérieure ; chargé de conseiller le gouvernement sur les grandes orientations de la politique extérieure en matière audiovisuelle.

Il s’est également impliqué dans la politique au niveau local en étant maire adjoint de Boulogne-Billancourt depuis 1995, délégué à la culture. Depuis 2008 , il est global adviser du Président de Corée du sud.


Derniers ouvrages publiés :

  • Le Génie de l’Inde (2000)
  • Le Progrès et ses ennemis (2001)
  • Les enfants de Rifaa (2003)
  • Made in USA (2004)
  • L’année du Coq (2006)
  • L’économie ne ment pas (2008)


Repas après la conférence
JPEG


Voir en ligne : Le futur, c’est tout de suite




Messages

  • Je ne crois pas que Guy Sorman soit un "ami personnel de Nicolas Sarkozy" qu’il a rencontré à de nombreuses reprises comme beaucoup d’autres hommes d’influence, mais qu’il a beaucoup critiqué. Etes-vous sûrs de votre information ?



Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0