La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats à Quimper
  Qui sommes-nous ?  |  Conférences à venir  -  précédentes  |  Les conférenciers·cières  |  Contact - adhésion

Accueil > Sciences exactes et naturelles > Sciences de la Terre et de l’Univers > Raphaël Larrère

Raphaël Larrère

ingénieur agronome

re-Penser l’environnement

mardi 16 avril 2019 19h00

Les questions d’environnement s’imposent dans le débat public, mais peinent à s’inscrire dans les politiques publiques comme dans les comportements. Par faute d’accord sur le diagnostic (changement climatique, épuisement des ressources naturelles érosion de la biodiversité)… ou par manque de courage face aux défis des générations futures ? Faut-il changer de grille de lecture pour passer à l’action ?


Raphaël Larrère, ingénieur agronome, directeur de recherches à l’INRA, après avoir développé des recherches sur la dynamique des systèmes agraires (et donc sur la production historique des paysages ruraux), il s’est spécialisé dans l’étude des usages, des représentations, des conflits d’usages et des conflits d’images de la forêt, puis, plus généralement, de la nature. Depuis le début des années 1990, il a réorienté ses recherches sur l’histoire de la protection de la nature, de ses conceptions et de ses enjeux, ainsi que sur la construction sociale et la gestion des risques collectifs. Il s’est ainsi spécialisé dans l’éthique environnementale.

Il a présidé le conseil scientifique du parc national du Mercantour et a été membre des conseils scientifiques du Parc national de la Vanoise et de Parcs nationaux de France, et membre du Comité d’orientation, de recherche et de prospection de la Fédération des parcs naturels régionaux.


Les travaux de Raphaël Larrère -et de son épouse Catherine- cherchent à redéfinir les perceptions des questions d’environnement et interrogent notre conception même de la nature. Pour eux, les crises environnementales sont la preuve de l’irruption des faits naturels dans les questions sociales. L’environnement et le social s’inter-pénètrent, comme le montre le débat actuel sur les questions de justice, sociale ET écologique. Il faut donc les penser ensemble, loin des visions réductrices ou des oppositions dualistes : entre nature et culture, entre artificiel et naturel, entre sauvage et domestique, entre économie et écologie…

Avec Raphaël Larrère, nous essaierons de comprendre et répondre aux questions :

  • Sommes-nous vraiment d’accord sur l’état des lieux et le diagnostic de l’environnement (ici et ailleurs) ?
  • Comment expliquer la difficulté de passer à l’action -individuelle et collective- et plus encore à des politiques publiques, prises entre l’urgence et le long terme ?
  • Faut-il changer nos modes de vie (les petits pas) et/ou changer de système ?
  • Comment articuler ces multiples nivaux d’intervention et les échelles correspondantes (du local au global en passant par le national, européen…) ?
  • Quelles marges de manœuvre pour les consommateurs-citoyens et pour les décideurs ? Les politiques sont-ils vraiment indépendants ?


Raphaël LARRÈRE et son épouse Catherine LARRÈRE ont publié : "Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique" ( Poche - La découverte - juin 2018 )

Que signifie « protéger la nature » ? Répondre à cette question concrète, urgente, suppose d’affronter une question proprement philosophique. Car la notion même de « nature » ne va plus de soi. On a pris l’habitude d’aborder l’environnement à partir des oppositions entre nature et culture, naturel et artificiel, sauvage et domestique, que la globalisation de la crise environnementale a effacées : le changement climatique remet en cause la distinction traditionnelle entre histoire de la nature et histoire humaine.
Ces oppositions tranchées n’ont plus lieu d’être, mais leur effacement ne signifie pas pour autant le triomphe de l’artifice. On peut continuer à parler de « nature » et même en parler mieux, parce qu’il n’y a plus à choisir entre l’homme et la nature, mais plutôt à se soucier des relations entre les hommes, dans leur diversité, et la diversité des formes de vie. Que l’on s’intéresse à la protection de l’environnement, aux techniques ou à la justice environnementale, cet ouvrage montre qu’il est possible de concilier le souci de la nature, la diversité des cultures et l’équité entre les hommes ; et qu’il existe aussi des manières d’agir avec la nature et pas contre elle.




Messages

  • Re-penser l’environnement

    L’anthropocène exprime la différence entre ce qui est naturel et social. L’idée de l’anthropocène surgit en 2002 pour définir une nouvelle époque géologique . Anthropocène vient du grec antropos qui veut dire homme et de kainos qui veut dire récent . Les humains constitueraient donc une force géomotrice principale qui entraînerait des perturbations biochimiques et par voie de conséquence un changement climatique . La théorie de l’anthropocène emprunte diverses connaissances aux sciences de la terre et aux sciences humaines et sociales .

    En 1992,le philosophe Michel Serres rédige le " Contrat Naturel" pour affirmer de respecter la dialectique océano-terrestre . Cette dernière compose dans une certaine mesure avec les activités de l’homme . Cependant il ne faut point exercer sur la Nature un étouffement de ses forces sinon elles se traduisent par des réactions explosives comme les cyclones,les ouragans ou les tsunamis .

  • Re-Penser L’environnement

    Historiquement l’anthropocène commence depuis le néolithique,il y a 12000 ans .Des solutions curatives sont possibles à prendre au niveau local mais très difficiles au niveau global . L’anthropocène accentue considérablement ses effets au début de la révolution industrielle avec la machine à vapeur,l’extraction et l’exploitation du charbon . A partir de ce moment-là,on s’engage dans une logique irréversible du changement climatique . Le changement climatique est en cours et continuerait encore même si on arrêtait tout d’un coup aujourd’hui toute pollution .

    Les projets de géo-ingéniérie restent à l’état de rêves . On tente des manipulations techniques à grande échelle en vue d’inverser l’ordre des choses . Par exemple il a déjà été essayé de bloquer les rayons du soleil en injectant du soufre dans la stratosphère .
    Des initiatives prométhéennes démontrent bien la volonté de l’homme de dominer la terre par le biais des innovations techniques . La vanité de nos soi-disantes élites les pousse à considérer que la terre n’est qu’un gisement de ressources propres à satisfaire tous leurs appétits de prédateurs . Au contraire,il est nécessaire de mettre en place des techniques plus naturelles comme remplacer l’agriculture productiviste par l’agro-écologie .

    Une vision catastrophiste serait de remettre en cause le pouvoir technique . Dans cette hypothèse,on considérerait que nous avons définitivement détraqué le climat et que nous ne pouvons plus rien faire . Etant né en 1947,je me rappelle que l’année 1970 fut consacrée à la protection de l’environnement . De grandes affiches sur ce thème avaient été apposées dans tous les chefs-lieux départementaux et dans les villes assez importantes . Tous les problèmes environnementaux qui se posent aujourd’hui avaient été prévus il y a 49 ans . Depuis 1970 je m’aperçois que rien n’a pratiquement changé . Pendant un demi-siècle nous avons continué à être déraisonnables .

    Monsieur Descartes après avoir écrit le Discours de la Méthode a écrit le Traité des Passions . Les passions mènent le monde beaucoup plus que la raison . En toute connaissance de cause nous préparons l’apocalypse de 2100 ou 2150 . Jusqu’à présent chaque génération de responsables politiques ou de responsables des grandes entreprises dans tous les pays se moquent des dysfonctionnements océano-terrestres . Peu leur importe puisque ils seront morts avant . Personnellement contrairement à nos deux intervenants je pense que la vision catastrophiste est une vision réaliste au point où on en est aujourd’hui .

    Les sociétés occidentales de marché fondées sur l’extrêmisme néo-libéral encouragent la minimisation des coûts et la maximisation des profits . Dans ces conditions la protection de l’environnement passe à l’arrière-plan .

  • Le réchauffement climatique rapporte à certains.

    La mise en compétition économique des états européens entre eux et aussi des continents ne favorise pas la prise de décisions favorables à la protection de l’environnement .

    Le réchauffement climatique ne mécontente pas tout le monde . La Chine et la Russie souhaitent discrètement que ce changement climatique continue . Ces deux super-puissances étudient déjà le projet de créer un rail maritime commercial intense en passant par le Détroit de Béring pour rejoindre l’Océan Glacial Arctique en direction de la Mer de Barents . Ils atteignent ainsi l’Océan Atlantique,descendent la Mer du Nord vers les grands ports industriels et commerciaux de l’Europe du Nord et de l’Europe Occidentale . Leurs grands navires de commerce et peut-être au fil du temps leurs bâtiments de guerre pourraient créer une zone d’influence économique et stratégique près de nos côtes européennes dans l’Océan Atlantique .

    D’autre part ces deux empires profiteraient à l’intérieur de leurs pays respectifs d’un climat plus doux favorisant une plus grande variété de cultures les rendant moins dépendants sur le plan agro-alimentaire d’autres pays . Aussi ils ne sont pas passionnément intéressés par les mesures de la Coop 21 .

    Il en est de même pour les Etats-Unis . Le président des Etats-Unis Donald Trump met tout en oeuvre pour que son pays reste la première puissance mondiale . Ce chef d’état major du libre échange sur toute la planète ne pense qu’au développement de flux économiques et financiers . Peu importe pour lui les normes environnementales .

    En France et dans l’Union Européennes les simples citoyens sont d’accord pour adopter des comportements destinés à mieux respecter l’environnement et ils sont décidés malgré le mauvais exemple des grands de ce monde à continuer . Toutefois ils restent lucides . La somme des comportements individuels ne fait pas un comportement collectif planétaire.
    L’empreinte écocitoyenne ne représente rien à côté de certaines grandes entreprises préservées de tout effort . Pour comparaison,Total émet chaque année plus de 300 millions de tonnes d’équivalent CO2,contre 457 pour l’ensemble des 65 000 000 de français en métropole . D’après un rapport de l’organisation non gouvernementale Carbon Disclosure Project daté de 2017,100 entreprises seraient responsables de 70% des émissions dans le monde .

    Monsieur Larrère nous a précisé que les 10% des personnes les plus riches sont responsables des 50% des échappements de gaz à effets de serre . Il conviendrait de mieux appliquer le principe pollueurs-payeurs . Les classes sociales supérieures ne sont pas dispensées des efforts demandés aux simples citoyens pour la protection de l’environnement .

  • La protection de l’environnement bafouée par l’accord
    européen du Mercosur .

    L’Europe vient de signer l’accord du Mercosur . Cet accord pour être appliqué suppose sa ratification par le Parlement Français . Monsieur Macron s’est empressé de proclamer que c’était un bon accord mais qu’il faut rester vigilant . Il se charge d’assurer une lecture rigoureuse de toutes ses clauses . .Bon peuple de France,faites lui confiance ! Cet accord a été passé avec quatre pays d’Amérique Latine : le Brésil,l’Argentine,l’Uruguay et le Paraguay. En faveur de ces pays,l’Union Européenne s’engage à baisser les tarifs douaniers et les normes environnementale pour faciliter leurs importations de viande et de produits agricoles .

    Les candidats de tous les partis pendant la campagne électorale européenne courant mai 2019 avaient pourtant insisté sur la transition écologique . A peine élus, toutes ces déclarations de bonnes intentions sont jetées aux orties . Tout le monde sait que ces quatre pays d’Amérique Latine n’ont que faire de la protection de l’environnement . Le Brésil en particulier,suite à l’élection d’un nouveau Chef d’Etat,commence une déforestation importante de la forêt amazonienne . Nous sommes en face d’une incompatibilité entre ce traité européen de libre-échange et la protection de l’environnement .

    L’Allemagne comme à son habitude tire son épingle du jeu . Grâce à cet accord ses industries automobiles,chimiques,pharmaceutiques les plus importantes de l’UE, exporteront leurs biens et leurs produits vers le Mercosur . La grande perdante dans ce compromis boiteux est la France dans le secteur agricole comme d’habitude . Le gouvernement français impose des normes draconiennes de santé publique et de protection de l’environnement à nos agriculteurs français . Ces mêmes normes, contraignantes et coûteuses en frais d’exploitation,ne sont pas appliquées dans ces pays d’Amérique Latine . Il s’ensuit une concurrence déloyale à l’encontre des agriculteurs français . De plus les consommateurs français ne bénéficient d’aucune garantie sur la qualité de ces produits importés .

    Un "coup de Jarnac" est porté contre les agriculteurs français . Une fois en place dans leurs hémicycles,les élus, que ce soit à Bruxelles ou à Paris, se comportent comme des mercenaires à la solde des grandes sociétés commerciales internationales import-export . Il ne faut jamais décevoir ses amis bien placés qui peuvent rendre service dans certaines périodes importantes comme les campagnes électorales par exemple . Il ne faut pas s’étonner ensuite que des manifestations de contestations violents certes illégales dans leurs formes d’expression, mais légitimes dans leurs revendications, se réalisent .

    Les élus, dans ce cas d’espèce qui se répète souvent, jouent les pompiers pyromanes . A force de tirer sur la corde,elle casse .



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0