La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers  |  Contact

Accueil > Politique > Nonna Mayer

Nonna Mayer

sociologue et politologue

La montée des populismes

jeudi 30 mars 2017 20h00

Comment interpréter ici ou là la montée des populismes et la poussée des votes extrêmes, voire nationalistes ? Le phénomène social et politique s’observe en France comme à l’étranger (élections de Donald Trump, Brexit...). Comment analyser le vote (ou l’abstention) des « classes populaires », des pauvres et des précaires », des « inaudibles » ou des « invisibles » ?

Est-ce la fin des idéologies et des partis traditionnels, ou est-ce la manifestation d’un divorce entre « le peuple » et ses représentants ? Pourquoi les discours et les programmes dits « populistes » trouvent grâce auprès dune part croissante de la population ?


JPEG - 27 ko

Nonna Mayer, sociologue et politologue, est directrice de recherche émérite au CNRS, rattachée au Centre d’études européennes de Sciences Po.
Ses derniers ouvrages :

  • Les inaudibles : sociologie politique des précaires avec Céline Braconnier 2015.
  • les faux-semblants du Front National. Sociologie d’un parti politique, sous la direction de Sylvain Crépon, Alexandre Dézé et Nonna Mayer 2015.
  • Sociologie des comportements politiques. 2010

Avec la politologue Nonna Mayer, nous essayerons de répondre aux questions :

  • Comment peut-on analyser le vote des « classes populaires » sur les dernières élections ?
  • Qu’est-ce qui fait le lit des votes d’extrême droite et des populismes ?
  • Comment peut-on définir les populismes dans l’histoire des pays ?
  • Peut-on comparer les votes extrêmes d’un pays à l’autre, d’une échéance à l’autre ?
  • Le vote extrême menace-t-il la démocratie ? comment faire face ?
  • Si les populismes n’ont plus de frontières, quelles conséquences pour les Etats, pour l’Europe et pour l’équilibre géopolitique

Le Télégramme le 20 mars 2017 / Recueillis par Gilles Carrièr

Rencontre. Nonna Mayer décrypte le populisme

Comment interpréter, en Europe comme aux États-Unis, la poussée des votes extrêmes qualifiés de « populistes » ? La sociologue et politologue Nonna Mayer répondra à la question, le 30 mars, dans le cadre de la Liberté de l’esprit.

Le populisme s’inscrit dans l’appel direct au peuple tout en balayant d’un revers de la main les contre-pouvoirs intermédiaires. Avec aussi la volonté affichée de substituer à la démocratie une forme de « démocrature ». Cette définition est-elle suffisante ?
Il n’y a pas de terme plus confus et galvaudé que le terme de populisme. Mais il ne se caractérise pas seulement par le rejet des médiations, mais aussi par le refus du pluralisme, de tous ceux qui ne pensent pas comme « nous ». C’est en cela qu’il est l’antithèse de la démocratie, fondée sur le débat et le compromis.

Au-delà de leurs divergences programmatiques, les populistes (Trump, Marine Le Pen, Wilders, Grillo, Orbán) semblent également communier dans une rhétorique agressive et menaçante. Qu’en pensez-vous ?
Ils se retrouvent déjà dans le culte du chef, censé parler au nom du peuple. Quant à leur rhétorique, ils ont surtout en commun de mettre en avant des idées simples, de rejeter les intellos et les experts, sur le mode du « y a qu’à », tout serait possible, et tout de suite, il suffirait de le vouloir.

Vous avez récemment co-écrit « les faux-semblants du Front national ». Derrière le discours « apaisé » de Marine Le Pen se cache en réalité un programme ségrégationniste, nationaliste, xénophobe et protectionniste. Cette stratégie de dissimulation du « nouveau » FN n’est-elle pas la clef de son succès électoral ? C’est une stratégie à double tranchant. Il s’agit pour elle de donner une image plus respectable, plus compatible avec les normes de la démocratie ; cela lui attire des électeurs en accord avec ses idées mais hésitant à sauter le pas. Mais cela peut aussi lui aliéner ceux qui aiment le côté antisystème et outrancier du FN.

Mise au pilori de la justice et de la presse, théorie du complot : les propos récents du candidat Fillon s’inscrivent dans un corpus délibérément populiste et identitaire faisant référence à la chrétienté. Fillon et Poutine : même combat ?
Si Fillon a une image de russophile sur le dossier syrien, ou la Crimée, en politique, son modèle serait plutôt Donald Trump. Même manière de taper fort sur les journalistes, sur les institutions, d’asséner sans complexe des contre-vérités et de balayer toute critique du revers de la main.

© Le Télégramme
http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/rencontre-nonna-mayer-decrypte-le-populisme-20-03-2017-11441267.php#4wvzRUuV7fm3yRdJ.99


Portfolio



Messages

  • Le Télégramme 01 avril 2017 / Gilles Carrière

    Populisme : pas un jour sans qu’on n’entende ce mot galvaudé. Un concept difficile à résumer, en effet. C’est du moins l’avis de la politologue et sociologue Nonna Mayer. Une définition restrictive consisterait à associer le populisme à la démagogie et au rejet des élites. Car, précise Nonna Mayer, la démagogie, de la même façon que le discours anti-élites, prospère aussi parmi les partis et électeurs des partis modérés. En outre, le populisme des origines (né au XIXe siècle en Russie comme aux États-Unis) s’inscrivait dans un schéma progressiste, à gauche. En ce début de XXIe siècle, le populisme campe majoritairement à droite de la droite. Pour qualifier ce néo-populisme, la sociologue et politologue rejette le terme d’extrême-droite (trop connoté « Entre-deux-guerres », précise-t-elle), et lui préfère le qualificatif de droite extrême associé dans le monde anglo-saxon à des partis « nativistes »

    Un culte de l’« autoritarisme »

    Au-delà de leurs divergences idéologiques, les formations populistes se définissent par un culte de l’« autoritarisme », à savoir « le rejet des médiations et de la démocratie représentative », ainsi que par le « monopole de la représentation du peuple ». Et un discours simpliste du type « Il n’y a qu’à » : sortir de l’Euro, de l’Europe, chasser les étrangers... Au fil d’un discours dense, Nonna Mayer souligne néanmoins une évolution du discours populiste dès le début des années 2000.
    La droite extrême opère alors sa mue : fini les liens avec des personnages sulfureux de la Seconde Guerre mondiale, exit la vulgate fasciste des années 70. Le nouveau visage de la droite extrême s’articule notamment autour de l’UDC en Suisse, le Parti des Finlandais en Finlande, des figures charismatiques comme Pim Fortuyn et Geert Wilders aux Pays-Bas. En France, Marine Le Pen constitue un cas d’école en soi dans sa quête de « dédiabolisation » qualifiée par la chercheuse de « stratégie rhétorique » à l’efficacité redoutable à en juger par de nouvelles prises de guerre électorales parmi les femmes, les syndicalistes, les fonctionnaires, et, plus surprenant, au sein de la communauté juive et chez les gays ! Le FN, un parti prolétaire ? « Aux dernières élections régionales, 50 % des ouvriers ont voté frontiste. Mais 50 % d’entre eux se sont abstenus. Le FN séduit avant tout de jeunes ouvriers peu qualifiés. Pas les anciens, plus attachés à une culture de gauche ».

    « Improbable » mais « pas impossible »

    Au-delà du discours simpliste, caricatural, fourre-tout de Le Pen (« seul, selon les enquêtes, un gros quart de l’opinion estime qu’elle a l’étoffe d’une présidente »), Nonna Mayer remarque toutefois que la patronne du FN « bénéficie d’une dynamique électorale tangible ». Sa conquête de l’Élysée est « improbable » mais « pas impossible », estime-t-elle. Aux politiques de gauche comme de droite de « faire de la politique » pour lui faire barrage. Et éviter le pire.

    Gilles Carrière

    © Le Télégramme
    http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/nonna-mayer-les-illusions-du-populisme-01-04-2017-11458107.php#dyqWPUJ81tdyvmYu.99



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0