La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers·cières  |  Contact

Accueil > Société > Travail, chomage > Marion Clément, chargée de mission aux droits des femmes

Marion Clément, chargée de mission aux droits des femmes

en partenariat avec le Centre des Abeilles de Quimper

Inégalités femme-homme

mardi 8 mars 2016 18h30

 


Marion Clément est chargée de mission aux droits des femmes dans le Finistère, à la Direction Départementale de la Cohésion Sociale


Le mouvement d’égalisation des droits entre les femmes et les hommes est assez récent. Il s’est généralisé dans les sociétés occidentales dans les années 1960 mais des inégalités persistent dans de nombreux domaines : professionnelles, violences sexistes, vie familiale… En France, où en est-on ?

L’égalité entre les femmes et les hommes est parfois présentée comme un combat d’arrière garde. Il n’y aurait « plus de problème » aujourd’hui, en France. Pourtant, l’égalité entre les femmes et les hommes est bien un sujet d’actualité. Il existe toujours dans notre société des inégalités persistantes entre les femmes et les hommes dans de nombreux domaines : des inégalités professionnelles, des violences sexistes, des inégalités dans la vie personnelle…

Dans les années 1950, les femmes employées à temps complet percevaient en moyenne les deux tiers des salaires masculins. A partir de 1998, elles ont dépassé les 80 %. Après avoir stagné à 80 % entre 1998 et 2004, le rattrapage progresse à nouveau, mais très lentement pour atteindre 82,4 % en 2010.

Que s’est-il passé entre 1998 et 2004 pour que le rattrapage soit stoppé, alors que le niveau scolaire des femmes relatif à celui des hommes n’a cessé de s’accroître ? Tout se passe comme si les femmes étaient confrontées à un « plafond de verre » qui les empêche d’atteindre l’égalité. Un grand nombre d’emplois qu’elles occupent se trouvent dans le secteur des services peu qualifiés où les salaires sont faibles : grande distribution, services domestiques, etc. En même temps, de nombreux postes à responsabilités les mieux rémunérés leur restent fermés. Enfin, une proportion plus importante de femmes que d’hommes semble refuser la compétition qui résulte d’un marché du travail très hiérarchisé et de plus en plus tendu. Pour de nombreuses raisons : par choix personnel - orienté notamment par l’éducation des jeunes filles, du fait de contraintes - comme le fait de garder des enfants, ou parce qu’elles savent qu’elles partent dans la compétition avec un handicap.

L’égalité entre les sexes est inscrite dans les textes, mais n’est toujours pas une réalité. Pour parvenir à cette égalité réelle, une approche globale et transversale est nécessaire. C’est l’affaire de toutes et tous.

Avec Marion Clément, nous avons chercher à savoir et comprendre :

  • Aujourd’hui où en sont ces inégalités ?
  • La législation est-elle suffisante ?
  • Les mentalités sont-elles le frein à leur résorption ?


Voir en ligne : http://www.inegalites.fr/spip.php?p...




Messages

  • Patti Smith, Christine and the Queens, et le soupçon d’hystérie

    Libération le 18 octobre 2015 / Par Johanna Luyssen

    Est-il bien juste de qualifier de « diva » ou de « capricieuse » une artiste qui prend une décision ou pousse un coup de gueule ?

    Patti Smith, Christine and the Queens, et le soupçon d’hystérie

    C’est curieux, la psyché féminine. Prenons Patti Smith. La chanteuse américaine vient de faire cette chose extraordinaire, qu’on ne peut imputer qu’à un afflux massif d’hormones  : elle change d’éditeur. Après avoir publié son autobiographie, Just Kids, chez Denoël, la chanteuse passe chez Gallimard. L’Express relate la chose dans un « indiscret », au titre réprobateur  : « Patti Smith fait sa diva. » Le texte commente « l’exigence » de la chanteuse, qui a l’outrecuidance « de trouver l’éditeur français de Philip Roth autrement plus chic, alors que Denoël n’avait pas démérité – 250 000 exemplaires de Just Kids écoulés ». La conclusion tombe, sévère  :« Vous avez dit caprice de diva  ? »

    « Diva », « caprice », « exigences »  : nous parle-t-on de la Castafiore  ? D’un enfant de cinq ans qui trépigne en réclamant du chocolat  ? Non, de l’interprète de Because the Night. Il est amusant de constater qu’en comparaison, lorsque Michel Houellebecq passe de Fayard à Flammarion, personne n’évoque la chose comme un caprice d’enfant-roi, mais plutôt comme le « transfert du siècle ». Comme si la métaphore footballistique allait mieux aux hommes que le soupçon d’hystérie.

    Pendant ce temps, Héloïse Letissier, alias Christine and the Queens, tweete ceci, après la diffusion en ligne de son clip, Paradis perdus  : « C’est curieux comme la moitié des papiers qui relaient mes clips attribuent toujours mes idées aux hommes avec qui je collabore », écrit-elle, développant son propos, qu’on résumera ainsi  : lorsqu’une femme crée quelque chose en collaboration avec un homme, on finit souvent par attribuer la paternité du projet à ce dernier.

    « Christine » n’est pas la seule à avoir ce sentiment  : en janvier, Björk disait la même chose lors de la sortie de son album Vulnicura (que certains persistaient à présenter comme produit par Arca, alors qu’elle en est la coproductrice. Ce dernier a d’ailleurs tenu à clarifier les choses sur Twitter). Sur le même sujet, n’oublions pas non plus cette éloquente phrase de Joni Mitchell  : « Toutes mes batailles se sont faites avec des ego masculins. »

    Tout cela n’est donc pas nouveau. Mais voilà comment le Parisien, via son site la Parisienne, relaye l’histoire, avec ce titre qui nous ramène aux plus riches heures de la moyenne section de maternelle  : « Christine and the Queens pique sa crise. » Elégant, non  ? Mais il y a plus beau encore, car on le sait, la Parisienne est toujours du dernier chic. Ainsi, l’article établit une corrélation entre l’état de fatigue de la chanteuse et cette remarque. On nous explique donc que « Christine » a donné 101 concerts depuis un an et demi, et que les tournées la fatiguent. « Pas étonnant, dans ce contexte, de découvrir son coup de gueule », écrit la Parisienne. Et sinon, « Christine » a-t-elle ses règles  ? Est-elle sujette à l’hyperventilation  ? Où en est-elle de son dernier frottis  ?

    En 2015, il serait intéressant que les coups de gueule des artistes ne soient pas considérés comme des sautes d’humeur de mégères au bord du burn-out. D’autant que la question que soulève Héloïse Letissier est intéressante  : l’histoire des arts est jonchée d’attributions masculines abusives et de femmes qu’on efface des registres, des romans de Colette usurpés par Willy au rôle capital de Julia Daudet dans l’écriture des romans de son époux, Alphonse. Enfin, on peut exiger que le terme « diva » retourne là d’où il vient, c’est-à-dire, à l’opéra – lieu dans lequel on n’a, à notre connaissance, jamais vu Patti Smith.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0