La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Conférences à venir  -  précédentes  |  Les conférenciers·cières  |  Contact - adhésion

Accueil > Sciences exactes et naturelles > Sciences de la Terre et de l’Univers > Jean-Baptiste Fressoz

Jean-Baptiste Fressoz

historien des sciences, des techniques et de l’environnement

Changement climatique : sommes-nous entrés dans une nouvelle ère ?

jeudi 15 janvier 2015 20h00

 
Vidéo-conférence, Jean-Baptiste Fressoz en direct de Bruxelles

Jean-Baptiste Fressoz est historien des sciences, des techniques et de l’environnement, chargé de recherche au CNRS et maître de conférence à Imperial College (Londres), il est l’auteur avec Christophe Bonneui de "L’événement anthropocène" paru aux éditions du Seuil en octobre 2013


Les scientifiques nous l’annoncent, la Terre est entrée dans une nouvelle époque : l’Anthropocène. Ce qui nous arrive n’est pas une crise environnementale, c’est une révolution géologique d’origine humaine.

Depuis la révolution thermo-industrielle, notre planète a basculé vers un état inédit. Les traces de notre âge urbain, consumériste, chimique et nucléaire resteront des milliers voire des millions d’années dans les archives géologiques de la planète et soumettront les sociétés humaines à des difficultés considérables. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Basculement du climat et bouleversement de la nature, l’Anthropocène, un terme imaginé par Paul Crutzen au début des années 2000, se pense comme une nouvelle étape géologique de l’histoire terrestre, succédant à l’Holocène, dix mille ans en arrière. Le point de départ choisi arbitrairement pour l’Anthropocène est l’année 1784, au cours de laquelle James Watt déposa son brevet de machine à vapeur, une date toute symbolique, car il s’agit bien de prendre en considération les bouleversements induits par la révolution industrielle sur la planète et son métabolisme, au premier rang desquels l’augmentation des gaz à effet de serre et la réduction croissante de la biodiversité


Jean-Baptiste Fressoz, peut-on parler d’Anthropocène ?
France Culture Science publique 13.06.2014

Agora des savoirs 2012-2013 de la ville de Montpellier
03 avril 2013 : Jean-Baptiste Fressoz
L’Apocalypse Joyeuse : une histoire du risque technologique


ADS : Jean-Baptiste Fressoz - L’Apocalypse Joyeuse par villedemontpellier


Voir en ligne : http://ehess.academia.edu/JeanBapti...




Messages

  • Comment Homo Sapiens a conquis le monde
    Entretien avec Silvana Condemi, paléoanthropologue et co-auteure avec François Savatier de « Dernières nouvelles de Sapiens » (Flammarion, 2018).

    https://youtu.be/VLrjUGo2X3Y

    Silvana Condemi revient sur l’évolution buissonnante des espèces humaines et sur les facteurs qui ont conduit la nôtre à une telle expansion démographique et territoriale.

    Grâce à de nouvelles découvertes et techniques d’investigation, les connaissances sur le genre humain n’ont cessé de progresser ces dernières années. Dans Dernières Nouvelles de Sapiens (Flammarion, 2018), la paléoanthropologue Silvana Condemi et le journaliste François Savatier s’en font les pédagogues auprès du grand public.

  • Climat et effondrement : « Seule une insurrection des sociétés civiles peut nous permettre d’éviter le pire »

    https://www.bastamag.net/Climat-et-effondrement-Seule-une-insurrection-des-societes-civiles-peut-nous

    Sommes-nous sous la menace d’un « effondrement » imminent, sous l’effet du réchauffement climatique et de la surexploitation des ressources ? Pour l’historien Christophe Bonneuil, la question n’est déjà plus là : des bouleversements sociaux, économiques et géopolitiques majeurs sont enclenchés et ne vont faire que s’accélérer. Il faut plutôt déplacer la question et produire une « pensée politique » de ce qui est en train de se passer : qui en seront les gagnants et les perdants ? Comment peser sur la nature de ces changements ? Migrations de masse, émergence d’un « capitalisme écofasciste », risque de conflits pour les ressources : malgré un constat brutal sur le monde qui se dessine, l’historien appelle à éviter le piège d’un « romantisme » de l’effondrement. « Une autre fin du monde est possible », affirme-t-il. Il revient aux sociétés civiles d’écrire le scénario final.
    Entretien.
    https://www.bastamag.net/Climat-et-effondrement-Seule-une-insurrection-des-societes-civiles-peut-nous

  • La part sauvage du monde : penser la nature dans l’Anthropocène
    Agora Des Savoirs /// Virginie Maris

    La vidéo => https://youtu.be/2uYwgkiQ2gE

    La nature n’est pas morte ! Indocile et récalcitrante elle peuple notre imagination et nos paysages. Cette altérité participe à notre liberté ! Il n’y aurait plus sur cette Terre que les humains, leurs productions et leurs déchets. Et si rien de vierge ou de sauvage ne demeure qu’il faille préserver, le temps est venu de prendre pour de bon les commandes d’un système-terre produisant des biens et délivrant des services au bénéfice exclusif de l’humanité. À rebours de ces appels à la gestion globale du monde, l’ambition de cette conférence est de réhabiliter l’idée d’une nature sauvage caractérisée par son extériorité, son altérité et son autonomie. Reconnaître l’extériorité de la nature, c’est accepter que nous ne sommes pas les créateurs de ce monde que nous partageons avec l’ensemble des vivants. Reconnaître l’altérité de la nature, c’est admettre l’hétérogénéité radicale qui existe entre les affaires humaines et le monde sauvage. Enfin, reconnaître l’autonomie des entités naturelles, c’est penser la façon dont les vivants non-humains constituent leur monde tout comme nous constituons le nôtre et se donner les moyens de respecter et de valoriser ces mondes multiples. Cette conférence est une invitation à reconsidérer cette nature indocile et récalcitrante qui peuple notre imagination, nos paysages, cette altérité qui finalement participe à notre liberté.

    Virginie Maris est philosophe au CNRS et membre du Comité national de la biodiversité. Ses travaux portent sur la biodiversité, le développement durable, l’écoféminisme, les rapports entre économie et environnement. Elle est l’auteure de Philosophie de la biodiversité. Petite éthique pour une nature en péril (Buchet/Chastel, 2010) ainsi que de Nature à vendre. Les limites des services écosystémiques (Quæ, 2014).



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0