La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers  |  Contact

Accueil > La liberté de l’esprit > Réunion publique de réflexion sur l’avenir de l’association "La Liberté de L (...)

Réunion publique de réflexion sur l’avenir de l’association "La Liberté de L ’Esprit"

Maison des associations, 53, impasse de l’Odet, 29000 QUIMPER

lundi 7 septembre 2009 18h00

L’assemblée générale de juin 2009 de l’association "La Liberté de L ’Esprit", si elle n’a pas décidé la dissolution, a par contre proposé de faire une pause et de mettre à profit l’année 2009-2010 pour réfléchir...

Rendez-vous est donc donné, lundi 7 septembre 2009, à toutes celles et tous ceux qui pensent que "la Liberté de l’Esprit" peut encore être un acteur culturel de Quimper et de la Cornouaille

Donner votre avis






mercredi 08 juillet 2009

Liberté de l’esprit : le « salut » de Gilbert Gramoullé

L’adjoint à la culture Gilbert Gramoullé a tenu, dans une lettre ouverte, à saluer le travail effectué par l’association la Liberté de l’esprit, qui vient, par la voix de sa présidente, d’exprimer la nécessité d’une « interruption momentanée ».

« La mise en sommeil d’une association est toujours porteuse de tristesse, souligne-t-il, et pendant plus de 20 ans, la Liberté de l’esprit a animé l’espace public quimpérois par la qualité de ses intervenants, des exposés proposés et la tenue des débats. Les réflexions, les interrogations, les tentatives de réponses ont porté à un très haut niveau le désir de s’emparer de toutes les problématiques actuelles : politiques, sociales, économiques, éthiques, anthropologiques...

Plus que jamais le débat sur les grandes questions est nécessaire... La ville de Quimper espère que la mise en sommeil de la Liberté de l’esprit débouchera sur une renaissance. Sans doute faut-il inventer de nouvelles approches, de nouveaux thèmes, de nouvelles formes de débats publics ».



1 juillet 2009

Liberté de l’esprit. La réunion des adieux

L’ambiance était plutôt morose, avant-hier, à l’assemblée générale de la Liberté de l’esprit. C’est confirmé : l’association ne proposera pas de programme en 2009-2010. Ce qui signifie, de fait, la fin de la structure, née il y a 20 ans.

Certains, pourtant, ne se résignent pas à la disparition de ce « réseau de sociabilité intellectuelle » qui a organisé, depuis 1989,136 conférences à Quimper. Membre fondateur et ancien trésorier de l’association, François Fougère estime « qu’il ne faut pas dissoudre la Liberté de l’esprit. Il faut se donner, au contraire, un temps de réflexion et travailler autrement. Je suis convaincu qu’il y a une place pour la Liberté dans la ville ». La voix manifestement marquée par l’émotion, François Fougère a proposé « une mise en sommeil d’un an » de la structure. Selon lui, cette période doit être mise à profit pour exploiter de nouvelles perspectives à l’horizon 2010-2011. « Seul une mise en réseau avec d’autres associations peut permettre à la Liberté de l’esprit de poursuivre sa route ».

Déficit financier

Quoi qu’il en soit, si suite il y a, elle se fera sans Ghislaine LeGall, la présidente, qui a décidé de jeter l’éponge. Avec 120entrées en moyenne par conférence (216 pour le philosophe Raphaël Enthoven mais seulement 79 en ce qui concerne l’économiste Guy Sorman), la Liberté de l’esprit ne parvient plus à rentrer dans ses frais. En 2008-2009, la part des recettes a été inférieure de près de 3.000 € à celle des dépenses. Celles et ceux qui croient en l’avenir de l’association ont décidé de se réunir le lundi 7septembre, à 18h à l’espace associatif. Pour ce qui apparaît comme le rendez-vous de la toute dernière chance.

* Gilles Carrière

Ghislaine Le Gall, la dernière présidente de la Liberté de l’esprit.


mercredi 1 juillet 2009 Edition : Quimper - Rubriques : Quimper Ville

La Liberté de l’Esprit mise en sommeil

Finies les conférences et débats sur les grandes questions qui agitent le monde. Les bénévoles jettent l’éponge.

Après sept années de présidence, Ghislaine Le Gall vient d’annoncer, avec l’accord de son bureau, la mise en sommeil de l’association La Liberté de l’Esprit. La tristesse était palpable dans la petite assemblée.

Parmi les membres présents, Rémi Mer était déçu de la tournure des événements. Venu vivre à Quimper, il s’est empressé cette année, de s’inscrire à l’association qu’il avait trouvée si dynamique et audacieuse quand il y était intervenu comme conférencier (« Le monde agricole et ses mutations » saison 98-99).

Lassitude des responsables

François Fougère qui faisait partie des premiers aventuriers de l’association était très ému : « Mettre La Liberté de l’Esprit en sommeil, c’est la mort certaine. » Il insiste, pense qu’elle peut vivre encore, que c’est un lieu de débat, important sur des thèmes chocs comme la bioéthique.

Mais il comprend la lassitude des responsables devant un bilan déficitaire, le désintérêt des institutions (une lettre adressée à l’adjoint à la culture, Gilbert Gramoullé, n’a pas eu de réponse), la baisse importante du public avec des assemblées de 120 personnes en moyenne. « Mais nous devons payer les intervenants même s’ils acceptent de l’être chichement sur le seul nom de la Liberté de l’esprit. »

Une situation devenue impossible à tenir après vingt ans et 136 conférences de haut niveau. Il reste le site internet très riche où l’on peut retrouver les dernières conférences et d’autres archives. La liberté de l’esprit est toujours là, en attente de nouvelles bonnes volontés et de nouvelles idées pour la revivifier. Site : la libertedelesprit.free.fr

Ghislaine Le Gall, présidente depuis 7 ans, de la Liberté de l’Esprit.


Courrier adressé à Monsieur Gilbert Gramoullé, adjoint au maire de Quimper chargé des affaires culturelles

L’ association "la Liberté de L ’Esprit" se réunira à l’espace associatif , à 19H pour son AG annuelle ; celle ci sera la 20ème et dernière de l’association.

Vous connaissez globalement les facteurs qui motivent cette décision ; ils sont de 2 types , et je vous les rappelle ici :

Il y a les facteurs endogènes, inhérents à toute association : tout d’abord , une certaine lassitude ; si je prends mon cas , je m’investis depuis 7 ans dans la programmation, et faire un programme à l’année est devenu une charge trop lourde, inviter des intellectuels de haut niveau , très sollicités ailleurs et à qui nous ne pouvons offrir qu’ un modeste défraiement de 450 euros n’est pas si facile !

Cette usure est aussi ressentie par d’autres membres de l’ équipe, et cela d’autant plus que le public, malgré la qualité des intervenants et des thèmes sélectionnés n’est pas toujours au rendez-vous !

C’est ainsi que nous arrivons au second type de facteurs qu’on pourrait qualifier d’exogènes :
dans le contexte culturel actuel, très différent de celui d’il y a 20 ans, il est très difficile de se maintenir pour une association comme la nôtre : entre l’UTL et son système d’adhésions obligatoires qui attire de nombreux retraités soucieux de culture et de sociabilité et les offres culturelles gratuites comme celles de la médiathèque, le créneau est étroit, nos conférences, même si elles sont de grande qualité, sont devenues un luxe en ces temps de crise : le prix de revient d’une conférence est relativement élevé, de l’ordre de1500euros, le montant de notre subvention annuelle .

Si bien que même en maîtrisant au maximum les coûts de fonctionnement, le prix d’entrée de nos conférences peut décourager plus d’un auditeur, surtout la jeune génération qui a pleinement adopté les nouveaux codes culturels et qui ne remplacera pas notre public vieillissant .

Et pourtant, dans ce monde en crise qui est le nôtre, je reste persuadée que des associations comme la Liberté de L ’Esprit ont plus que jamais leur place dans la cité, avec un autre fonctionnement sans doute, moins de conférences, dans un espace moins grand que celui du Chapeau Rouge, davantage de coopération avec les autres acteurs culturels de la ville, comme le théatre qui souhaitait renouveler en 2010 l’expérience concluante de janvier 2009, ou la médiathèque , si elle avait été intéressée.

Cependant, nous avons pris la décision de nous arrêter.

Il reste à souhaiter que d’autres associations aient envie de relever le défi ambitieux qui a été le nôtre pendant 20ans, en organisant toutes ces conférences(136 au total) et qui peut se résumer en quelques mots : donner des clés pour mieux comprendre le monde complexe dans lequel nous vivons mais, avant tout, maintenir les consciences éveillées !

Bien à vous ,

Ghislaine Le Gall,
Présidente de la Liberté de L ’Esprit


24 juin 2009

Liberté de l’esprit. C’est fini

La Liberté de l’esprit se réunira à l’espace associatif, lundi 29juin, à 19h, pour son assemblée générale annuelle. Celle-ci sera la 20e et dernière de l’association.

C’est désormais officiel : la Liberté de l’esprit va se saborder dans les prochains jours. Et ce, paradoxalement, dans la foulée de la cérémonie de son 20eanniversaire, fêté le 12mars dernier, à la salle du Chapeau-Rouge. Dans un courrier adressé, cette semaine, à Gilbert Gramoullé, adjoint à la culture à la municipalité de Quimper, la présidente de la Liberté de l’esprit, Ghislaine Le Gall, a exposé les raisons qui ont conduit à la dissolution de la structure née en 1989. « Il y a les facteurs endogènes, inhérents à toute association : tout d’abord, une certaine lassitude. Si je prends mon cas, je m’investis depuis sept ans dans la programmation, et faire un programme à l’année est devenu une charge trop lourde. Inviter des intellectuels de haut niveau, très sollicités ailleurs et à qui nous ne pouvons offrir qu’un modeste défraiement de 450€ n’est pas si facile ! Cette usure est aussi ressentie par d’autres membres de l’équipe et cela d’autant plus que le public, malgré la qualité des intervenants et des thèmes sélectionnés, n’est pas toujours au rendez-vous ! »

« Très difficile de se maintenir »

Ghislaine Le Gall estime que des « facteurs exogènes » ont également accéléré la fin de la Liberté de l’esprit. « Dans le contexte culturel actuel, très différent de celui d’il y a 20ans, il est très difficile de se maintenir pour une association comme la nôtre. Entre l’Université du temps libre et son système d’adhésions obligatoires qui attire de nombreux retraités soucieux de culture et de sociabilité et les offres culturelles gratuites comme celles de la médiathèque, le créneau est étroit. Nos conférences, même si elles sont de grande qualité, sont devenues un luxe en ces temps de crise. Le prix de revient d’une conférence est relativement élevé, de l’ordre de 1.500 €, le montant de notre subvention annuelle. Le prix d’entrée de nos conférences peut décourager plus d’un auditeur, surtout la jeune génération qui a pleinement adopté les nouveaux codes culturels et qui ne remplacera pas notre public vieillissant ». « Il reste à souhaiter que d’autres associations aient envie de relever le défi ambitieux qui a été le nôtre pendant 20 ans, en organisant toutes ces conférences (136 au total) et qui peut se résumer en quelques mots : donner des clés pour mieux comprendre le monde complexe dans lequel nous vivons mais, avant tout, maintenir les consciences éveillées ! »

Gilles Carrière




Messages

  • Oui il est dommage qu’après vingt ans d’existence, des associations comme "La Liberté de l’Esprit" disparaissent mais s’il n’y a plus de public pour les faire vivre, il faut se rendre à l’évidence et penser que d’autres associations verront le jour avec de nouveaux publics, de nouveaux bénévoles, de nouveaux champs d’activité et la vie associative quimpéroise s’en trouvera renouvelée, rajeunie, élargie, diversifiée, transformée.

    C’est la vie...

  • Plus de liberté de l’esprit, c’est plus ( négation) de liberté quelle que soit les motifs.
    Il faut réagir.

  • C’est une triste nouvelle
    probablement une des seules associations a Quimper dont l’importance depasse les enjeux locaux.
    Je souhaite vivement que l’association continue, et j’espere que ce message etait un appel de reveil a ses membres.
    Etant domicilie a l’etranger, j’ai seulement la possibilite de visionner vos conferences sur votre site web, et leur qualite est respectable
    Continuez, et pourquoi pas, faites diffusez vos conferences sur la TNT ? Faites un appel public aux dons ? j’y sousrirai, c’est certain
    Cordialement
    Manuel

  • Sur Quimper depuis 1992, j’ai suivi de nombreuses conférences avec plaisir et intérêt mais j’ai vu, comme moi, le public de La Liberté de l’Esprit vieillir et, comme mes cheveux, son nombre se réduire. Les raisons de cette désaffection sont nombreuses et diverses. On peut citer Internet qui a multiplié les sources d’information, la multiplication des chaines de télé et avec l’adsl la VOD (Vidéo à la demande). Si ces changements technologiques ont pu jouer sur la réduction du public de "La Liberté de l’Esprit" par contre son non renouvellement peut-être mis sur le compte du besoin des jeunes de voler de leurs propres ailes et de classer les associations comme "La Liberté de l’Esprit" dans le musée du patrimoine quimpérois :-)

    Que Quimper et la Cornouaille aient besoin de conférences de la qualité de celles qui furent proposées par La Liberté de l’Esprit au cours de ces vingt ans cela ne fait aucun doute. Que ces conférences soient organisées dans d’autres cadres et par d’autres associations comme c’est déjà le cas avec la Médiathèque, les Forums Sociaux de Cornouaille, le lycée Brizeux, le centre Ephata, le Café des Sciences d’Ergué-Armel, la MJC de Kerfeunteun, L’Université du Temps Libre, etc... cela n’enlève rien au bonheur que j’ai eu à suivre les conférences de La Liberté de l’Esprit et à participer à l’organisation de ces conférences pendant ces deux dernières années mais il faut peut-être trouver une autre formule qui réponde au même besoin mais différemment comme une "Université Populaire" par exemple. Ainsi à Quimper certains pensent que comme à Caen avec Michel Onfray, à Lyon et Nimes avec Philippe Corcuff, une "Université Populaire" aurait toute sa place en Finistère sud et essayent de rassembler les énergies pour monter ce projet.

    Il reste que cette réunion de réflexion proposée pour la rentrée de septembre ne peut-être qu’une bonne chose et permettra peut-être si pas de relancer "La Liberté de l’Esprit" au moins de donner des idées pour que des penseurs viennent à Quimper gouter nos crêpes et remuer nos méninges :-)

    Voir en ligne : ’Université Populaire de Lyon

  • Si "Penser le XXIème siècle" passe par l’histoire, l’économie, les religions et tous ces thèmes qui ont fait la popularité de La Liberté de l’Esprit, il y en a des nouveaux comme internet qui n’apparaissent pas dans ces conférences et qui expliquent peut-être en partie le non-renouvellement du public. Ainsi

    Que va devenir la presse écrite avec l’arrivée les journaux d’information numérique comme Médiapart, RUE89, Bakchich... et les agrégateur d’information comme Google News ?

    Que va devenir le livre et les encyclopédies avec Wikipedia, Google Books, Europeana la bibliothèque numérique européenne, etc... ?

    Que va devenir La Poste et le courrier avec les messageries électroniques ?

    Que vont devenir les stars du show-biz avec le téléchargement des musiques et des vidéos sur internet. La répression sera-telle la réponse ou y aura-t-il un changement dans le monde de la musique et des films ?

    L’économie du Logiciel Libre est-elle en train de révolutionner l’informatique ou tout simplement l’économie ?

    Ces nouvelles technologies qui bouleversent et bouleverseront encore le monde dans lequel nous vivons, ne peuvent pas être absents d’une réflexion sur XXIème siècle



Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0