La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers·cières  |  Contact

Accueil > Sciences humaines et sociales > Économie > Michel LEPINAY

Michel LEPINAY

La crise de la protection sociale

jeudi 7 janvier 1993 20h30


Sécu agonisante :

diagnostic et remèdes

Créée en 1945 sur le principe de la solidarité professionnelle, la Sécurité sociale n'a pu faire face au problème de l'exclusion. Elle doit aujourd'hui - et c'est urgent - se fonder sur la solidarité nationale.

C'est le message lancé jeudi soir au Chapeau-Rouge par Michel Lepinay au terme de sa conférence sur " la crise de la protection sociale ".

Se limitant aux problèmes de l'assurance-maladie, le conférencier a expliqué avec conviction aux 250 auditeurs les contradictions du système de protection sociale. " Son coût est de 1 500 milliards par an, alors que le budget de l'État avoisine les 1 300 milliards. Depuis vingt ans, la consommation médicale a été multipliée par cinq. Si cette tendance continue, en 2080, on produira ... pour se soigner. "  

Responsabilité

L'aberration d'un tel système n'échappe à personne. " Le consommateur sait que les cotisations augmentent et que le taux de remboursement diminue. " Et cela, dénonce Michel Lepinay, " de manière profondément inégalitaire ".

Après un constat de " faillite sur ordonnance " de la Sécurité sociale, le conférencier s'attacha à une explication de cette déroute.

" Tous les acteurs et partenaires sociaux - du patient au médecin, en passant par le gouvernement, le patronat et les syndicats - ont leur part de responsabilité. La Sécu est aujourd'hui une machine sans pilote. "  

Remèdes

Après avoir épinglé les " politiques " qui ne veulent pas " toucher à un dossier explosif à l'exception de Rocard avec sa contribution sociale généralisée " , Michel Lepinay explique plus particulièrement le rôle des médecins.

" Ils étaient 50 000 en 1968, ils sont 110 000 aujourd'hui. Pour garder leurs patients et répondre à leur demande, ils sont acculés à prescrire parfois de manière excessive. Cette logique est un des principaux facteurs de dérapage. "

Pour enrayer cette spirale, ce gouffre, il faudrait instaurer essentiellement une " évaluation médicale. Le codage des actes médicaux prévu par le projet de loi devrait empêcher un remboursement aveugle. Mais, pour qu'il se mette en place, il faudra le ver le tabou du secret médical. "

Confronté à une triple crise (financière, institutionnelle et politique), le système de protection sociale est aujourd'hui en faillite.

" L'urgence d'un débat national est évidente, conclut Michel Lepinay.

Même si c'est un débat douloureux car il faudra lever bon nombre de tabous. "

Michel Lepinay : " La Sécu, faillite sur ordonnance ", chez Calman-Lévy.

Jean-Yves BOUDÉHEN,






Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0