La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers  |  Contact

Accueil > International > Paul GARDE

Paul GARDE

Linguiste, spécialiste des langues slaves et de l’ex-Yougoslavie

Le conflit yougoslave

vendredi 16 avril 1993 20h30



Un massacre dans le silence

Le jeudi 16 avril, Paul Garde, professeur à l'université d'Aix-en-Provence et auteur d'un livre sur le problème yougoslave, a tenu une conférence au Chapeau-Rouge à Quimper, organisée par " La liberté de l'esprit ". Après un éclairage historique, Paul Garde a manifesté sa révolte contre la politique préméditée de guerre et de purification ethnique menée par les Serbes, ainsi que contre l'inaction des politiques occidentaux.

Et d'abord, il a tenu à éclaircir un certain nombre de soi-disant certitudes ; en fin de compte des préjugés nous ayant aveuglés au début de la guerre. Ainsi l'assurance des occidentaux qu'il existait bel et bien un état yougoslave ; " On croyait que la Yougoslavie existait vraiment, alors qu'elle était seulement en projet, une idée à construire. Avant la création du premier État Yougoslave par la monarchie serbe, en 1918, ces peuples n'avaient à aucun moment vécu ensemble et gardent aujourd'hui encore une histoire, une religion et une appartenance sociale tout à fait distinctes ".

Suprématie d'un peuple sur les autres (Yougoslavie monarchiste de 1918 à 1941), ou union imposée par une volonté strictement politique (Yougoslavie Titiste de 1945 à 1991) : les deux tentatives de créer un État Yougoslave se sont soldées par un échec cuisant qui a enflammé les nationalismes.
 

Une responsabilité serbe

Mais la responsabilité essentielle de ce qui se passe actuellement n'en reste pas moins la politique de Slobodan Milosevic. Celui-ci s'est appuyé sur le nationalisme et l'a amplifié pour satisfaire ses ambitions personnelles. " Milosevic, sous prétexte de violences anti-Serbes au Kosovo, a crée une propagande fondée sur la calomnie sela laquelle " les Oustachis sont de retour ", " les Musulmans sont des disciples du Jihad ", ou encore, " le génocide a recommencé ".

Bientôt a ressurgi l'idée du Grande Serbie avec " Tous les Serbes dans un État " et son corollaire immédiat, " Rien que des Serbes dans cet État ". D'où la purification ethnique : massacres, emprisonnements, viols, tortures, mémoricide (destruction des églises, musées et cimetières afin que le territoire acquis, déserté, donne l'impression d'avoir toujours été Serbe).
 

L'inaction honteuse des Occidentaux

Pour Paul Garde, " il y a véritablement un agresseur et des agressés. Pourtant la communauté internationale ne fait rien. Une réfugiée Bosniaque me disait justement que la situation se résume à ceci : on vous donne un sandwich le midi et on vous tue le soir ". Il ajoute : " les politiques ne remplissent pas leur rôle quand ils font croire que l'aide humanitaire est suffisante. Le plan de purification ethnique est en train d'aboutir. Un précédent a été créé dont se rappelleront tous les dictateurs du monde ".

N. BOTTI,


Les atrocités ... en toute impunité.

" Certes les atrocités ne sont pas à sens unique. Mais la responsabilité politique du conflit appartient aux Serbes. Leur logique de guerre a été prémédités ". C'est cette " logique " de purification ethnique que Paul Garde, professeur émérite de l'Université d'Aix-en-Provence a présenté jeudi soir au Chapeau-Rouge, lors de sa conférence sur la " Vie et la mort de la Yougoslavie ".

Pour étayer sa thèse et faire comprendre le conflit actuel, Paul Garde a fait un bref rappel de l'histore. " L'état yougoslave, créé en 1918, a réuni artificiellement des peuples qui s'ignoraient. Leur seul point commun était la langue que parlaient tous ces Slaves du sud. Mais la Yougoslavie n'a jamais été ni une nation ni une patrie. "

Dans sa période monarchiste, comme sous le régime de Tito, cette fédération de plusieurs peuples a été imposée. " D'où l'éclatement qui a suivi immédiatement la disparition du régime communiste. "
 

Mémoricide

S'appuyant sur le courant nationaliste, Slobodan Milosevic a mis alors en place une logique diabolique. " Tous les Serbes dans un seul État et partout où il y a des Serbes, c'est la Serbie. " Une exigence extrême qui a pour corollaire la purification ethnique : " Rien que des Serbes dans cet État ".

S'appuyant sur des manifestations de masse (" un modèle hérité de la Révolution chinoise "), le leader serbe " développe une propagande basée sur la calomnie. L'assassinat de quatre Serbes au Kosovo devient un " génocide ". Les musulmans de Bosnie sont accusés de vouloir créer un État islamique. "

Cette " logique de guerre " explique les massacres intimidateurs, les camps de concentration. " De vrais camps d'extermination ", des viols et tou ce " cortège d'horreurs ". " les Serbes commettent un génocide et un mémoricide. Tout trace du passé des gens qu'ils tuent est éliminée : mosquées, églises, cimetières ... "  

Honte et crainte

Le rôle de la communauté internationale, Paul Gard a été très clair. " Elle n'a rien fait pour empêcher ce plan prémédité de se réaliser. Milosevic a imposé sa force en toute impunité. Le rôle des militaires n'est pas d'accompagner des convois humanitaires ! "

Outre le " sentiment de honte " suscité par l'inaction de la communauté internationale, Paul Garde éprouve aussi un sentiment de crainte quant à l'avenir. " un précédent a été créé. D'autres dictateurs s'en souviendront. Ils pourront en toute impunité commettre les mêmes abominations. "

Jean-Yves BOUDÉHEN,


Biographie

Paul Garde (1926 - ) est un universitaire (slavisant) français né à Avignon.

Thèse de doctorat soutenue en 1963 (thèse principale : L’emploi du conditionnel et la particule by en russe ; thèse complémentaire non publ. : A.S. Shishkov, linguiste et écrivain). Professeur émérite de langues et littératures slaves à l’université de Provence (a enseigné également à Yale, Columbia et Genève).

Paul Garde est l’auteur d’un nombre important[1] de monographies, recueils d’articles et ouvrages de synthèses sur les langues, cultures et histoires des divers peuples de l’espace slave du sud et les Balkans.






Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0