La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers  |  Contact

Accueil > Société > Antoinette CHAUVENET

Antoinette CHAUVENET

sociologue

Prison et société

mai 1995 20h30



Prison : spirale de la terreur

" Tant que la perspective sécuritaire restera dominante en prison, on ne pourra qu’éviter le pire. Les prisons sont actuellement des bombes à retardement. " Jeudi soir, à la MPT de Kerfeunteun, Antoinette Chauvenet, chercheuse au CNRS, a présenté la réalité du monde carcéral devant une centaine d’auditeurs.

Cinq années d’études sur plusieurs prisons de France (maisons d’arrêt, centre de détention et centrales) ont été nécessaires à Antoinette Chauvenet, sociologue. Son travail a porté surtout sur les surveillants de prison.

" L’analyse de cette profession permet de voir la finalité de la prison, ses missions et surtout ses contradictions. "
 

Contradictions

Coincés entre la logique bureaucratique et la logique du maintien de l’ordre, les surveillants sont conduits à une quasi-impuissance. " Les contraintes institutionnelles qui insistent sur la sécurité rendent impossibles les missions de réinsertion. " Commence alors, et sans fin, une " spirale de la terreur ", dit Antoinette Chauvenet. " Plus la société est exigeante en matière de sécurité, plus l’insécurité s’installe dans la prison. Les mesures prises pour la renforcer, comme la multiplication des fouilles, ne font qu’accroître les tensions entre détenus et entre ceux-ci et leurs gardiens. "

La difficulté du " maintien de la paix sociale en prison " paraît insurmontable. " En prison, paradoxalement, c’est le détenu, par la peur qu’il suscite, qui est le véritable maître. L’imprévisibilité de ses réactions est une obsession permanente. Ce phénomène fini par créer une usure de l’autorité. Les surveillants, pour maintenir l’ordre, sont contraints de fermer les yeux sur certaines infractions. "

La paix sociale en prison, conclut Antoinette Chauvenet, est le prix de cette " corruption par défaut ".

Jean-Yves BOUDÉHEN, Ouest-France


Biographie

Antoinette Chauvenet est directrice de recherche au CNRS, Centre d’étude des mouvements sociaux École des hautes études en sciences sociales.






Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0