La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats en Cornouaille
  Qui sommes-nous ?  |  Prochaines conférences  |  Saisons précédentes  |  Les conférenciers  |  Contact

Accueil > Sciences humaines et sociales > Philosophie > Paul RICOEUR

Paul RICOEUR

philosophe

Qu’est-ce que le juste ?

novembre 1995 20h30



La justice pénale

Le public quimpérois a eu le privilège de rencontrer Paul Ricoeur qui est, sansconteste, l’un des plus grands philosophes contemporains. Son dernier livre, "Le juste" connaît actuellement un succès considérable.

" Qu’est-ce qu’être juste ? " Telle est la redoutable question que le philosophePaul Ricoeur a traitée, jeudi soir, devant cinq cent cinquante auditeurs. Invitépar " La Liberté de l’esprit ", a expliqué avec brio que la justicepénale rompait avec " l’esprit de vengeance " en transposant les conflits" du domaine de la violence dans celui de la parole ".

" La justice pénale est au coeur même du système judiciaire, affirmePaul Ricoeur. Elle est axée sur la recherche de la " juste distance " et sur lavolonté de conserver au criminel son statut de sujet de droit ".

Pour trouver cette " juste distance " (entre le criminel et la victime, par exemple),l’institution judiciaire dispose d’un ensemble de moyens spécifiques.

" Le procès en tant que procédure de la prise de décision instaure undébat et une mise en scène ". Dans cettre procédure qui est" unelutte de paroles ", séparée de la conversation quotidienne,l’impartialité de la loi écrite est, en droit, le garant d’une sentence juste.

" Cependant, poursuit Paul Ricoeur, l’argumentation juridique est parfois imparfaite. Lesjuges sont parfois condamnés à interprèter une loi généralepour l’appliquer ou l’ajuster à un cas particulier, notamment lorsqu’il est inédit(affaire du sang contaminé, par exemple).

Si la sentence constitue le terme de ce débat et " met fin à une incertitude", elle est aussi un acte qui inaugure le " processus de réhabilitation ducoupable ".

Paul Ricoeur défend alors avec conviction la nécessité, pour unesociété digne de ce nom, de " traiter le criminel comme êtreraisonnable ". Certes, il y a des crimes odieux mais " une société sejuge sur la façon dont elle traite les condamnés et notamment les détenus". La peine qu’on leur inflige n’a de sens que si elle les aide à"reconquérir l’estime d’eux-mêmes ".

" L’incarcération, ajoute le philosophe, va à l’encontre de cette utopienécessaire d’une justice raisonnable ", parce que prison rime trop souvent aveccorruption. Plaidant pour la " continuité de l’espace public ", il estime que" la prison est un lieu hors-cité qui signifie l’échec de notresociété ".

Cette réflexion sur la justice pénale s’enracine, on le devine, sur uneéthique fondée sur la reconnaissance de la dignité de toute personne. Elledébouche sur une conception du politique conçue comme garant d’une paix socialeinterdisant le désir de vengeance et de haine.

Jean-Yves BOUDÉHEN, Ouest-France


Biographie

Paul Ricœur (27 février 1913, Valence - 20 mai 2005, Châtenay-Malabry), est un philosophe français.




Messages

  • ce texte que vous avez écrit est très claire. Mais ce que je voudrais connaitre est-ce possible que la prison est vraiment une solution pour assurer la paix sociale ? Pour vous, la prison est-elle une maison d’éducation ? s’il vous plait j’ai besoin plus d’explication à propos de tout cela ; merci d’avance.



Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, c/o Maison des associations, 53, impasse de l'Odet, 29000 QUIMPER
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0